NOUVELLES

Des mosquées vandalisées dans le sud de la Cisjordanie

07/04/2013 06:29 EDT | Actualisé 07/06/2013 05:12 EDT

Des inconnus ont peint des menaces en hébreu sur les murs de deux mosquées d'un village du sud de la Cisjordanie, où un responsable local palestinien a attribué dimanche l'action à des colons juifs extrémistes.

"Des colons sont venus au milieu de la nuit et ont inscrit des menaces en hébreu sur les murs de deux mosquées et ont crevé les pneus d'une voiture", a déclaré à l'AFP ce responsable, Adel al-Chaer dans le village de Teqoa, à l'est de Bethléem.

L'affaire semble liée à un accident de la route survenu le 14 mars dans le nord de la Cisjordanie, apparemment provoqué par des jets de pierres palestiniens et dans lequel une fillette israélienne de deux ans, Adele Biton, été grièvement blessée.

Dans l'une des mosquées, les assaillants ont écrit "La vengeance d'Adele Biton" et "Prix à payer pour le jet de pierres" et sur le mur d'entrée deux étoiles de David accompagnées de la mention "Salutations d'Adele" ont été peintes, selon un correspondant de l'AFP.

Une porte-parole de la police israélienne, Louba Samri, a confirmé cet incident, en précisant que les forces israéliennes entrées dans le village pour enquêter avaient été attaquées à coups de pierres par les villageois.

Des colons extrémistes mènent sous le nom de "Prix à payer" des actions consistant à se venger sur des villageois palestiniens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l'armée israélienne, des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou des actes attribués à la population palestinienne.

Malgré les condamnations systématiques de tels actes par les autorités israéliennes, leurs auteurs sont rarement inquiétés.

Quelque 360.000 colons juifs vivent dans les implantations de Cisjordanie, considérées comme illégales par la communauté internationale.

sy-hmw/scw/tp/fc

PLUS:afp