NOUVELLES

Les travailleurs sud-coréens continuent à quitter le complexe de Kaesong

06/04/2013 10:17 EDT | Actualisé 06/06/2013 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - Près d'une centaine de travailleurs Sud-Coréens ont quitté samedi le complexe industriel de Kaesong, en Corée du Nord, quatre jours après que Pyongyang eut interdit l'accès à son territoire aux personnes et aux biens.

Les travailleurs ont affirmé que leurs entreprises manquaient de matières premières, qui sont habituellement transportées par camion depuis la Corée du Sud.

Le ministère sud-coréen de l'Unification a déclaré que l'une des quelque 120 compagnies établies dans le complexe avaient interrompu ses activités samedi. Il s'agit de la quatrième à le faire depuis que la Corée du Nord a fermé sa frontière mercredi.

Pyongyang a multiplié les provocations depuis les dernières semaines, proférant des menaces de guerre et exprimant son indignation par rapport aux sanctions que lui ont imposées les Nations Unies à la suite de son essai nucléaire en février et concernant l'exercice militaire annuel présentement effectué par la Corée du Sud et les États-Unis.

Les observateurs croient que les propos belliqueux de la Corée du Nord visent à forcer Washington à négocier avec elle et à lui fournir davantage d'aide, à obliger Séoul à adoucir ses politiques à son égard et à permettre à son jeune leader, Kim Jong Un, de renforcer son pouvoir sur son peuple.

Le régime nord-coréen a menacé de lancer une attaque nucléaire contre les États-Unis en mars et a décrété «l'état de guerre» avec la Corée du Sud la semaine dernière.

Selon les responsables de la Défense à Séoul, rien ne laisse supposer que Pyongyang se prépare à mener un assaut à grande échelle mais les risques d'un conflit local demeurent élevés.

PLUS:pc