INTERNATIONAL
05/04/2013 09:35 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

Pyongyang n'a d'autre choix que «faire face» à Washington, selon un général iranien

AP
In this Sunday, March 31, 2013 photo released by the Korean Central News Agency (KCNA) and distributed in Tokyo Monday, April 1, 2013 by the Korea News Service, North Korean leader Kim Jong Un gives a speech during a plenary meeting of the central committee of the ruling Workers' Party in Pyongyang, North Korea. After weeks of war-like rhetoric, North Korean leader Kim gathered legislators Monday for an annual spring parliamentary session taking place one day after top party officials adopted a statement declaring building nuclear weapons and the economy the nation's top priorities. (AP Photo/KCNA via KNS) JAPAN OUT UNTIL 14 DAYS AFTER THE DAY OF TRANSMISSION

La Corée du Nord n'a pas d'autre choix que de "faire face" aux Etats-Unis qui sont la "principale raison des tensions" régionales actuelles, a estimé vendredi l'adjoint du chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général Massoud Jazayeri.

"Ces tensions dans la région s'expliquent par les demandes excessives des Etats-Unis et les efforts des partisans de la guerre dans ce pays pour développer leur présence dans les différents points du globe, mais aussi leur volonté de prendre à la gorge la Corée du Nord", a déclaré le général Jazayeri, cité par l'agence Fars, en faisant allusion au renforcement de la présence militaire américaine dans la région.

"De ce fait, les responsables de ce pays n'ont d'autre choix que de faire face aux actions rebelles des Etats-Unis", a-t-il expliqué, ajoutant que "la présence des Etats-Unis est la principale raison de la séparation des deux Corée et des tensions passées et actuelles dans cette région".

L'Iran est un allié historique de la Corée du Nord depuis la révolution islamique de 1979.

Deux missiles de moyenne portée ont été transportés sur la côte orientale nord-coréenne et hissés sur des lance-missiles mobiles, a indiqué vendredi l'agence sud-coréenne Yonhap, alimentant les craintes d'un tir imminent qui aggraverait une situation déjà explosive.

Pyongyang avait annoncé jeudi avoir approuvé le projet d'opérations militaires contre les Etats-Unis, y compris d'éventuelles frappes nucléaires, suscitant les réactions inquiètes de l'ONU et de nombreuses chancelleries à l'étranger.

La Corée du sord a multiplié les menaces à l'adresse de la Corée du sud et des Etats-Unis depuis quelques semaines, furieuse du train de sanctions pris par l'ONU après un nouvel essai nucléaire début février et des actuelles manoeuvres américano-sud-coréennes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les grands moments de tension nucléaire entre Corée du Nord et reste du monde