NOUVELLES

Montréal octroiera le contrat pour réparer les nids-de-poule aux

05/04/2013 08:40 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le pouvoir d'influence des Montréalais en a pris un coup vendredi, lorsque la métropole a décidé d'octroyer un contrat pour réparer des nids-de-poule malgré le fait que la majorité des citoyens s'y étaient opposés dans un sondage en ligne.

Il y a deux semaines, le maire Michael Applebaum a demandé aux résidants de Montréal de choisir entre deux options qui laissaient à désirer: ne pas remplir les nids-de-poule ou octroyer des contrats à des entreprises qui avaient été mentionnées dans le cadre de la commission Charbonneau, qui enquête sur les allégations de corruption dans l'industrie de la construction.

Quelque 5200 personnes ont voté en ligne, et 60 pour cent d'entre elles se sont opposées à donner des contrats municipaux d'asphaltage à des firmes qui avaient été pointées du doigt pendant la commission Charbonneau.

Malgré ce résultat, les élus montréalais — dont le maire Applebaum — ont décidé à 58 contre zéro d'accorder les contrats lors d'une réunion d'urgence du conseil municipal vendredi.

Le maire a fait valoir que la sécurité et le développement économique de la ville devaient primer.

Il a expliqué que l'asphalte devait être chaude, et qu'il serait donc inconcevable de la faire venir de l'Ontario ou de l'extérieur de Montréal.

«Les résultats (de la consultation) montrent très clairement le dilemme auquel font face les élus municipaux ... mais on ne peut pas arrêter de boucher des nids-de-poule et de donner des contrats», a-t-il fait valoir.

Louise Harel, la chef du parti Vision Montréal, a fait valoir que le fait d'être nommée à la commission Charbonneau ne voulait pas dire qu'une entreprise était coupable.

«Nous devons être responsables. Si l'on doit choisir, nous allons choisir la sécurité des Montréalais», a-t-elle déclaré.

PLUS:pc