DIVERTISSEMENT

TV: les modèles de diffusion doivent changer, dit l'auteur Beau Willimon

05/04/2013 05:44 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT
Getty Images
LONDON, ENGLAND - JANUARY 17: Beau Willimon attends the red carpet premiere for the launch of Netflix Original Series, House of Cards on January 17, 2013 in London, United Kingdom. (Photo by John Phillips/UK Press via Getty Images)

TORONTO - Le temps est venu de revoir la manière de diffuser les émissions de télévision, soutient l'auteur de la version américaine de «House of Cards» Beau Willimon.

Les téléspectateurs sont de plus en plus nombreux à refuser d'être liés à la grille horaire d'un réseau, fait valoir le scénariste oscarisée, qui a co-écrit «Ides of March» avec George Clooney. Il ajoute ne pas voir pourquoi les réseaux ne respecteraient pas ce souhait.

Le service en continu Netflix a rendu disponible l'entièreté de la première saison du drame politique «House of Cards» sur son site plus tôt cette année. Il prévoit faire de même pour le récit d'horreur «Hemlock Grove» et la comédie «Arrested Development».

En entrevue récemment à partir de Costa Mesa, en Californie, M. Willimon a dit croire qu'il n'y avait plus de raisons valables pour diffuser de telles émissions de façon hebdomadaire.

Des réseaux tels que HBO, The Movie Network et Movie Central font leurs principales recettes grâce aux abonnements des usagers, plutôt que par la publicité. Il serait ainsi d'autant plus approprié qu'ils optent pour une diffusion tout à la fois, a soutenu M. Willimon.

L'auteur fait partie des invités qui doivent partager leurs réflexions sur l'industrie télévisuelle et l'art du scénario, à Toronto, en fin de semaine, à l'occasion de la Screenwriting Conference (TSC).

«Il n'y a absolument pas de raison de faire une diffusion chaque semaine avec ce modèle. Le seul argument qui peut être fait est qu'il existe une stratégie de construction d'une campagne marketing sur 10 semaines afin que l'émission demeure à propos dans les médias pendant toute cette période», a dit croire M. Willimon.

«Mais nous n'avons pas fait ça, et je suis encore au téléphone avec des médias huit semaines après le lancement des 13 épisodes», a-t-il fait valoir.