NOUVELLES
05/04/2013 03:24 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Israël dément tout lien avec un navire d'armes saisi par l'Egypte

Le ministère israélien des Affaires étrangères a fermement rejeté vendredi tout lien avec un navire chargé d'armes intercepté la veille par la marine égyptienne, qui selon le Caire faisait route du port israélien d'Eilat vers l'Afrique.

"Personne en Israël ne sait quoi que ce soit à propos de ce navire. C'est clair qu'il ne venait pas d'Eilat ni d'un autre port israélien", a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère, Yigal Palmor.

"Nous ne comprenons pas pourquoi quelqu'un raconte de telles fables dont il est facile de prouver qu'elles ne reposent sur rien", a-t-il ajouté.

Des responsables des services égyptiens de sécurité ont affirmé jeudi que la marine égyptienne avait intercepté un navire chargé d'armes et arrêté son équipage qui avait pris la mer à Eilat en direction du Togo.

Selon ces responsables, le bateau, "qui battait un pavillon africain", avait été intercepté après qu'il se fut égaré dans les eaux territoriales égyptiennes.

Le navire, avec à bord 14 membres d'équipages et 105 caisses d'armes et de munitions non identifiées, appartient à une société de sécurité africaine, selon les mêmes sources.

Un responsable militaire égyptien a indiqué vendredi à l'AFP que la cargaison comprenait plusieurs dizaines de fusils d'assaut de fabrication américaine et 27.000 munitions, précisant que parmi l'équipage se trouvaient des Ukrainiens et des Américains.

Le colonel Ahmed Mohamed Ali, porte-parole de l'armée, a précisé sur sa page Facebook que le propriétaire était une société de sécurité maritime chargée de sécuriser des trajets en Mer Rouge, où sévissent de nombreux pirates basés en Somalie.

"Les armes et les munitions sur ce bateau sont liées à son rôle et sa mission qui consiste à protéger des navires commerciaux", a-t-il assuré.

Il n'a pas précisé si le bateau avait pu repartir, mais des responsables des services de sécurité avaient indiqué à l'AFP qu'il resterait aux mains des autorités le temps de vérifier s'il transporte des armes de contrebande.

La chaîne israélienne 10 a donné pour sa part une version très différente de cette affaire jeudi, en indiquant que le navire transportait 40 tonnes d'armes iraniennes destinées à la bande de Gaza ou à la Syrie, où fait rage une guerre civile.

scw/dv/vl/cnp

PLUS:afp