NOUVELLES

Insécurité en Libye: des hommes armés achèvent un blessé dans un hôpital

05/04/2013 03:50 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

Des hommes armés ont fait irruption vendredi dans la salle de réanimation d'un hôpital de Tripoli pour achever un homme blessé qui y recevait des soins, dans un nouvel épisode de l'insécurité persistante dans le pays, a déclaré un responsable de l'établissement.

"Des individus armés sont entrés dans la salle de réanimation où deux hommes blessés avaient été admis. Ils en ont tué un et le second a disparu", a expliqué à l'AFP le Dr Sami Hanech, directeur de l'hôpital de traumatologie d'Abou Slim.

Selon lui, "les assaillants voulaient se venger car il semble que les deux blessés avaient tué un membre de leur famille".

Selon l'agence de presse libyenne Lana, les assaillants étaient des proches d'une famille qui accuse les deux blessés d'avoir tué un de ses fils.

"Les hommes armés ont voulu tuer les deux hommes blessés qui avaient été arrêtés par les forces de sécurité pour ce meurtre", a rapporté l'agence, assurant que les forces de sécurité avaient réussi à évacuer le second blessé.

Selon le Dr Hanech, après la fusillade, "le personnel de l'hôpital a décidé de quitter l'établissement faute de conditions sécuritaires leur permettant de faire leur travail". "Les blocs opératoires resteront ouverts et le suivi des personnes hospitalisées sera assuré", a-t-il précisé.

Les nouvelles autorités libyennes, qui tentent de mettre en place une armée et une police nationales, ne sont pas parvenues à désarmer les groupes d'ex-rebelles ayant combattu le régime de Mouammar Kadhafi durant la révolte de 2011.

C'est surtout Benghazi, berceau de la révolte dans l'est du pays et désormais repère pour les groupes jihadistes, qui a connu une série d'attaques contre des intérêts occidentaux et des postes de police, ainsi que des assassinats de responsables de la sécurité ou d'anciens rebelles.

yba/tp/fc

PLUS:afp