NOUVELLES

Enquête sur les doses de chimiothérapie diluées: le N.-B. se joint à l'Ontario

05/04/2013 03:56 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

TORONTO - Le Nouveau Parti démocratique de l'Ontario demande à l'ombudsman de la province d'ouvrir une enquête sur l'affaire des doses de chimiothérapie diluées, données par erreur à plus de 1100 patients atteints du cancer en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

La porte-parole néo-démocrate en matière de santé, France Gélinas, a affirmé vendredi qu'une telle enquête serait donc ouverte, transparente, et que les conclusions seraient publiques.

Le mandat de l'ombudsman André Marin ne s'étend pas aux hôpitaux, mais Mme Gélinas estime qu'il serait en mesure d'en ouvrir une si Queen's Park lui en faisait la demande.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a de son côté déclaré qu'un enquêteur indépendant serait chargé d'effectuer un contrôle de la qualité du fournisseur provincial de médicaments contre le cancer.

Par ailleurs, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a fait savoir vendredi qu'il se joindrait à l'Ontario dans cette enquête.

L'hôpital régional de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, de même que quatre hôpitaux de l'Ontario ont administré à leurs patients des doses de chimiothérapie diluées, fournies par l'entreprise Marchese Hospital Solutions.

Le fournisseur soutient que le problème n'était pas la façon dont le médicament avait été préparé, mais plutôt son administration par le personnel hospitalier.

Les cinq établissements hospitaliers impliqués dans cette affaire ont tous commencé à contacter leurs patients pour qu'ils prennent rapidement rendez-vous chez leur médecin.

Mme Gélinas a reconnu qu'il s'agissait certes d'une bonne chose, mais que cela n'était pas suffisant. Elle a déclaré que les Ontariens avaient le droit d'obtenir des réponses à leurs questions quant à la manière dont cet incident avait pu se produire, et les raisons expliquant le délai pour y remédier.

Santé Canada, les deux gouvernements provinciaux, Action cancer Ontario et l'Ordre des pharmaciens de l'Ontario enquêtent tous dans cette affaire.

Des doses diluées ont été administrées à 186 patients de l'hôpital régional de Saint-Jean, 665 du London Health Sciences Centre, 290 du Windsor Regional Hospital, 34 du Lakeridge Health d'Oshawa, et un patient du Peterborough Regional Health Centre.

PLUS:pc