NOUVELLES
05/04/2013 08:46 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

Chypre: files devant des banques après des rumeurs de nouvelles ponctions

De longues files d'attente se sont formées vendredi devant certaines banques à Chypre en raison de rumeurs sur une ponction sur tous les comptes bancaires, que les autorités ont promptement démenties.

Des queues se sont formées devant certaines agences de la Co-Op, la banque mutualiste, après que des rumeurs sur une nouvelle ponction imminente se sont répandues par texto.

Seules les deux principales banques du pays, Bank of Cyprus et Laïki, sont directement concernées par la restructuration du secteur bancaire imposée en contrepartie du plan de sauvetage de l'île négocié avec la troïka (UE, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international).

Dans le cas de Bank of Cyprus, les dépôts de plus de 100.000 euros pourraient subir une ponction allant jusqu'à 60%, et dans le cas de Laïki, ils resteront gelés des années avant l'éventuelle restitution d'un solde, une fois cette banque liquidée et ses activités saines confiées à Bank of Cyprus.

Le ministère des Finances a assuré vendredi que le protocole d'accord négocié avec la troïka "ne comprend aucune mesure supplémentaire qui implique la mise en oeuvre d'une nouvelle ponction sur les dépôts".

"Cette éventualité n'existe pas, même pas à l'état de projet", a martelé le ministère, appelant la population "à ne pas accorder de crédit à des rumeurs infondées, qui ont pour seul but de mettre à mal le système financier chypriote".

L'institution chargée de superviser les banques mutualistes a également appelé les clients inquiets à ignorer des "rumeurs calomnieuses".

La Banque centrale a publié un communiqué démentant des informations de presse évoquant une ponction "généralisée" sur les comptes bancaires afin de trouver les fonds pour financer la conversion en actions d'une partie des dépôts de plus de 100.000 euros à la Bank of Cyprus.

Le gouvernement est arrivé mardi à un accord avec la troïka qui ouvre la voie à un prêt de 10 milliards d'euros destiné à sauver l'île de la faillite.

Un projet de ponction sur tous les comptes bancaires le 16 mars dans le cadre du plan de sauvetage --une mesure inédite dans l'UE--, avait provoqué un tollé à Chypre comme à l'étranger, et avait finalement été abandonné.

Les banques avait ensuite été fermées pendant douze jours pour éviter une fuite massive de capitaux.

cc-cnp/vl

PLUS:afp