NOUVELLES
05/04/2013 06:44 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

Chine: le virus de la grippe H7N9 fait une sixième victime

PÉKIN, Chine - Une nouvelle souche de la grippe aviaire a fait une sixième victime en Chine, au moment où les dirigeants municipaux de Shanghaï stoppaient la vente de volailles vivantes et ordonnaient la destruction de tous les oiseaux dans un marché où le virus a été détecté chez des pigeons offerts en vente.

Il s'agit des premières mesures annoncées par le gouvernement chinois en réponse au virus A(H7N9), qui a infecté au moins 16 personnes le long de la côte orientale du pays. Les premiers cas ont été annoncés dimanche et plusieurs des victimes sont dans un état grave.

Les responsables de la santé publique croient que les victimes ont contracté le virus en entrant en contact avec des volailles infectées et rien ne permet de croire, pour l'instant, que le virus se transmet aisément d'une personne à une autre.

Le ministère chinois de l'Agriculture a confirmé, en fin de journée jeudi, que le virus de la grippe aviaire H7N9 a été retrouvé chez des pigeons vivants mis en vente dans un marché de Shanghaï. La destruction des oiseaux du marché Huhuai a débuté jeudi soir après une décision du comité agricole de la ville.

La télévision officielle a diffusé vendredi des images d'employés vêtus de vêtements protecteurs et de masques qui prenaient des notes à proximité de sacs de plastique remplis d'oiseaux morts. Le secteur était interdit d'accès et surveillé par la police. Le virus H7N9 semble pouvoir infecter les oiseaux sans les rendre malades, ce qui le rend plus difficile à détecter que le virus H5N1 mieux connu.

Shanghaï a aussi ordonné une suspension du commerce des volailles vivantes à compter de samedi.

La plus récente victime est un fermier de 64 ans originaire de la ville de Huzhou, dans l'est du pays.

L'Organisation mondiale de la Santé a demandé à tous les pays qui détecteraient une infection à l'influenza A sans être en mesure de l'identifier avec plus de précision de communiquer avec elle.

Des experts pressent les autorités sanitaires chinoises à continuer de tester des oiseaux en santé, affirmant que le virus H7N9 peut infecter des oiseaux sans provoquer de symptômes, rendant la souche plus difficile à détecter que le virus H5N1 plus connu dans les pays asiatiques. Cette souche a déclenché des signaux d'alarme lorsqu'il a commencé à ravager des stocks de volaille à travers l'Asie en 2003, et a depuis tué 360 personnes à l'échelle mondiale, la plupart après des contacts directs avec des oiseaux infectés.

Bien que les responsables sanitaires stipulent que rien ne porte à penser que le virus puisse se transmettre d'humain à humain, des scientifiques qui ont étudié sa séquence génétique ont déclaré cette semaine que le virus pourrait avoir récemment muté en une forme qui se répand plus facilement à d'autres animaux, représentant potentiellement une plus grande menace envers les humains.

PLUS:pc