NOUVELLES

Batterie du Boeing 787: le dernier vol d'essai a décollé vers 18H00 GMT

05/04/2013 02:29 EDT | Actualisé 05/06/2013 05:12 EDT

Le constructeur aéronautique américain Boeing effectuait vendredi un dernier vol d'essai sur l'un de ses 787 "Dreamliner" en vue d'obtenir la certification des modifications apportées à ses batteries, à l'origine de l'interdiction de vol mondiale de l'appareils.

Le vol a décollé vers 18H00 GMT de l'aéroport de Paine Field à Everett, dans l'Etat de Washington (nord-ouest des Etats-Unis), où l'avion devait revenir se poser environ 2 heures plus tard, selon un communiqué du groupe.

Il s'agit "du dernier vol test en vue de la certification du nouveau système de batterie", ajoute le document, dans lequel Boeing précise aussi que "le but de ce nouvel essai est de démontrer que le nouveau système fonctionne comme prévu dans des conditions de vol habituelles et inhabituelles".

La progression du vol, pour lequel le constructeur utilise un appareil fabriqué pour la compagnie polonaise LOT, pouvait être suivie depuis le site Flightaware.com (http://fr.flightaware.com/live/flight/BOE272).

Le 787, dernier né de Boeing, a été cloué au sol par les autorités dans le monde entier le 17 janvier à la suite de deux incidents sur ces batteries: un incendie le 7 janvier à Boston et une surchauffe incontrôlable ayant entraîné un atterrissage d'urgence au Japon le 16 janvier.

Les enquêteurs dans ces deux pays tentent toujours de déterminer les causes exactes de ces problèmes même s'ils ont mis en lumière des éléments clés.

Les autorités américaines avaient autorisé le groupe le 13 mars à tester les solutions qu'il propose pour régler les problèmes de batterie, avec notamment des tests en vol. Un précédent vol d'essai du 787, d'une même durée, avait été effectué par le constructeur le 25 mars.

"D'après ce que je comprends Boeing espérait voir son avion revoler d'ici fin avril. Evidemment ça ne dépend pas de lui mais de la FAA", l'Agence fédérale de l'Aviation, a commenté Paul Thomas, analyste en aéronautique pour LEK Consulting.

La FAA n'a pas répondu aux demandes de commentaires de l'AFP vendredi. L'Agence fédérale de sécurité des transports (NTSB) avait pour sa part critiqué Boeing pour s'être montré publiquement trop optimiste sur le fait que le 787 revolerait bientôt.

ppa-ved/sl/bdx

PLUS:afp