NOUVELLES
04/04/2013 02:22 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Quatre millions de déplacés en Syrie, selon l'ONU

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et la Croix-Rouge ont tous deux sonné l'alarme jeudi concernant la situation humanitaire de la Syrie « qui se détériore rapidement » en raison du conflit.

Quelque 4 millions de personnes ont été contraintes de se déplacer en Syrie, a indiqué un responsable du HCR, qui invoquait jusqu'à présent 2,5 millions de déplacés.

Ces chiffres, « qui sont en train d'être révisés », devraient être rendus publics officiellement dans les prochains jours.

Ces 4 millions de personnes déplacées en Syrie s'ajoutent aux quelque 1,2 million de leurs concitoyens qui ont dû fuir dans les pays frontaliers, dont la Jordanie, le Liban, la Turquie et l'Irak. Au total, un quart de la population de 22 millions de Syriens a été forcé de se déplacer à l'intérieur ou à l'extérieur de son pays.

Selon la responsable américaine au département d'État pour les réfugiés, Kelly Clements, ces déplacements sont attribuables non seulement aux violences, mais aussi à la chute du niveau de vie et à l'interruption des services publics.

Entre-temps, la Croix-Rouge notait que la situation humanitaire en Syrie allait de mal en pis. Ces derniers jours, des employés humanitaires qui se sont rendus dans des zones tenues par des insurgés ont été « désagréablement surpris », a indiqué jeudi le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer.

« Nous avons vu la dévastation et les destructions », a-t-il dit depuis le Liban, où sont hébergés 400 000 réfugiés syriens.

Les convois et les bénévoles du Croissant rouge arabe syrien, partenaire du CICR en Syrie, ont été pris pour cibles par le passé, tant par les rebelles que par le régime de Bachar Al-Assad. Plusieurs bénévoles ont été emprisonnés ou tués.

Plusieurs États ont promis de verser 1,5 milliard de dollars en dons aux réfugiés et déplacés syriens, lors d'une conférence au Koweït fin janvier. Mais à ce jour, seulement 30 % des dons ont été versés.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une organisation installée à Londres, le mois de mars a été le plus meurtrier depuis le début de la révolte syrienne en mars 2011, avec plus de 6000 morts.

PLUS:rc