NOUVELLES
04/04/2013 07:42 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

L'"escalade" israélienne met en danger les efforts de paix américains (Abbas)

Le président palestinien Mahmoud Abbas a accusé jeudi Israël d'être responsable de "l'escalade" dans les Territoires palestiniens et de mettre en danger les tentatives américaines de relance du processus de paix.

"Le gouvernement israélien est derrière cette escalade. Il est responsable de son impact négatif sur les efforts internationaux et américains pour redémarrer les négociations", a affirmé M. Abbas, cité par son porte-parole Nabil Abou Roudeina, au lendemain de la mort de deux jeunes Palestiniens tués par l'armée israélienne près de Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie.

Dans un discours devant le mouvement Fatah (nationaliste) qu'il dirige, M. Abbas a reproché à Israël de "tenter de semer le chaos" et de "s'opposer à toute démarche de paix".

La flambée de violence en Cisjordanie, provoquée par la mort d'un prisonnier sexagénaire palestinien en Israël, survient juste avant que le secrétaire d'Etat américain John Kerry n'effectue son troisième déplacement en un mois au Proche-Orient, avec des étapes à Jérusalem et à Ramallah.

Le département d'Etat a néanmoins prévenu qu'il ne fallait "pas s'attendre à ce que le secrétaire d'Etat propose un plan" de paix et qu'il souhaitait avant tout "voir ce qu'il est possible" de faire pour relancer des négociations israélo-palestiniennes gelées depuis septembre 2010.

M. Kerry vient une nouvelle fois "écouter" les deux parties en conflit, a souligné la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

Le chef de la diplomatie américaine, qui connaît bien les dirigeants israéliens et palestiniens du temps où il était président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, "dira clairement que les (deux) parties doivent vouloir revenir autour de la table" et que "des compromis et des sacrifices" devront être réalisés des deux côtés, a-t-elle ajouté.

Le président Abbas a jusqu'à présent exclu une reprise des négociations sans un gel de la colonisation juive sous toutes ses formes. Il demande aussi à négocier sur la base des frontières de 1967 et réclame la libération des prisonniers palestiniens les plus anciens détenus par Israël.

na-jad-agr/feb

PLUS:afp