NOUVELLES
04/04/2013 05:52 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Les grands spectacles à Québec : des retombées multiples

La prolifération de grands spectacles sur les Plaines d'Abraham promettent d'intéressantes retombées pour la région de Québec croient plusieurs producteurs de ces événements. Cependant, certains pensent que les sommes d'argent investies dans ces spectacles nuisent à d'autres activités culturelles et de loisir.

Au cours de juillet, il y a de fortes chances que Paul McCartney soit en spectacle sur les Plaines, le 23 juillet. Quatre jours plus tard, ce sera au tour de Céline Dion, et la venue des Rolling Stones n'est toujours pas exclue.

Ajouter à cela, les spectacles du Festival d'été en juillet ça pourrait représenter près de 300 mille billets disponibles pour ces événements-là, affirme Daniel Gélinas , directeur général du Festival d'été et de sa filiale 3 E.

Il reconnaît que c'est beaucoup pour la région de Québec. En revanche, il croit que Québec fait la preuve qu'elle peut se démarquer. « C'est bon pour l'image de Québec, c'est la capacité de la Ville de Québec de faire la démonstration qu'il y a justement une offre exceptionnelle que d'autres n'ont pas », croit-il.

Sylvain Parent-Bédard, le président QuébéComm qui produira le spectacle de Céline Dion en juillet et qui a présenté Madonna l'été dernier pense que ces événements culturels majeurs placent Québec dans le circuit mondial des tournées. « Je pense qu'on marque un bon coup parce qu'il y a un amphithéâtre qui s'en vient ici et c'est important de démontrer aux grands tourneurs mondiaux comme AEG, Live Nation ou autres que Québec est capable d'accueillir des spectacles d'envergure et qu'il y a un marché intéressant pour eux », dit-il.

Tout cet argent qui sera dépensé pour acheter des billets pour les gros spectacles priveront d'autres d'activités croit Michel Côté, directeur de la programmation au Grand Théâtre de Québec. « J'ai l'impression que toute dépense de 7 millions $ ou 8 millions $ à la fois pour acheter des billets joue nécessairement avec le dollar loisir de la population de Québec c'est certain », affirme-t-il en ajoutant que le dernier automne a été difficile pour le Grand Théâtre de Québec, le pire depuis 2001.

Cependant, monsieur Côte ne jette pas la pierre aux grands événements, il croit cependant qu'ils ont un certain impact sur les dépenses de loisir

Pour sa part, l'Office du tourisme de Québec affirme comme les producteurs de spectacles d'envergure que c'est bon pour la région, pour son positionnement comme destination touristique festive, pour sa notoriété.

PLUS:rc