NOUVELLES
04/04/2013 05:57 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont plaidé à Bahreïn pour les droits de l'homme

Les Etats-Unis ont plaidé cette semaine à Bahreïn pour la poursuite du dialogue entre le pouvoir sunnite et l'opposition chiite, insistant sur les droits de l'homme et la liberté religieuse dans ce royaume du Golfe secoué depuis deux ans par un mouvement de contestation.

Un émissaire du gouvernement américain auprès de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Rashad Hussain, a rencontré mardi et mercredi à Manama "des responsables gouvernementaux, des dirigeants politiques, des militants de la société civile et des dignitaires religieux", a indiqué jeudi le département d'Etat.

Le diplomate "a insisté sur l'encouragement des Etats-Unis auprès de toute la société bahreïnie à promouvoir l'unité et les réformes à travers le dialogue national en cours" entre le gouvernement et l'opposition.

Le responsable américain a évoqué avec ses hôtes "le rejet de la violence (...) les droits de l'homme, notamment la liberté religieuse pour tous les Bahreïnis".

Les Etats-Unis, dont la Ve Flotte siège à Bahreïn, sont traditionnellement très prudents face à la crise politique qui agite ce royaume depuis le printemps 2011.

La majorité chiite réclame une monarchie constitutionnelle dans ce pays dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa.

L'opposition et le gouvernement ont entamé le 10 février une nouvelle session du dialogue national, mais les discussions piétinent. En tournée dans les pays du Golfe début mars, le secrétaire d'Etat John Kerry avait noté des "progrès" dans les pourparlers mais avait réclamé des résultats.

Malgré une répression meurtrière entre février et mars 2011, des manifestations continuent d'avoir lieu dans les villages chiites autour de Manama.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), au moins 80 personnes ont été tuées depuis le début de la contestation.

nr/are

PLUS:afp