NOUVELLES
04/04/2013 07:07 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

La CSQ met en demeure le maire de Québec

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) met en demeure le maire Régis Labeaume de se rétracter et exige des excuses.

Dans le litige qui oppose les deux propriétaires de la Place Jacques-Cartier, la Ville de Québec a l'intention d'exproprier la CSQ pour poursuivre ses projets de développement qui comprennent la rénovation de la Bibliothèque Gabrielle-Roy et l'érection d'une tour de 16 étages. La Ville reproche à la CSQ, qui a un droit de refus, de faire traîner en longueur la réalisation du projet en raison de ses exigences.

Les élus de la Ville ont adopté mardi un avis de règlement pour mettre de l'avant la procédure d'expropriation. Le maire a commenté le dossier en affirmant que la CSQ était un « mauvais citoyen corporatif qui ment ».

« Ils savent que si on faisait juste la bibliothèque, il faudrait leur donner beaucoup d'argent. On ne peut pas faire juste la bibliothèque. [...] Ils se comportent comme les pires capitalistes et c'est condamnable, je vous le dis », a déclaré Régis Labeaume.

La présidente de la CSQ, Louise Chabot ne digère pas l'attaque du maire Labeaume. « Il n'est aucunement question pour la centrale de faire briser sa réputation et c'est tout à fait inadmissible les propos entendus », a-t-elle dit.

Mme Chabot s'explique mal la tournure des événements dans le dossier. « On dit n'importe quoi dans ce projet-là. Il n'y a eu aucune discussion valable pour reprendre les pourparlers depuis février on a nous a annoncé que la solution était l'expropriation. Une solution qui va coûter à la Ville des milliers de dollars. »

Le maire répète que le projet de rénovation de la bibliothèque ne peut se réaliser tant que la CSQ ne lui donnera pas le feu vert.

La centrale syndicale réclame des excuses publiques du maire Régis Labeaume pour ses propos.

PLUS:rc