NOUVELLES
04/04/2013 02:42 EDT | Actualisé 04/06/2013 05:12 EDT

Arrêtée pour une photo d'un graffiti menaçant le porte-parole du SPVM

MONTRÉAL - Une jeune femme de 20 ans, Jennifer Pawluck, fera face à des accusations de harcèlement contre le policier Ian Lafrenière.

La jeune femme avait été appréhendée mercredi après avoir publié sur sa page Facebook une photo d'un graffiti montrant le policier atteint d'une balle en plein front. Elle a ensuite été libérée sous promesse de comparaître, et sera de retour devant la cour le 17 avril prochain.

L'accusée n'est pas l'auteure du dessin, qui a depuis été effacé du mur sur lequel il avait été peint.

Le Service de police de la Ville de Montréal soutient que la jeune femme était déjà connue de ses services et que d'autres éléments de preuve expliquent sa mise en accusation.

Sur les réseaux sociaux, Jennifer Pawluck apparaît comme une militante particulièrement active lors des grandes manifestations étudiantes, mais aussi comme participante aux rassemblements du Comité opposé à la brutalité policière.

Sur Twitter, elle avait également proposé diverses actions dont celle-ci: «#UdeM je vous propose de faire un sit-in à l'école de police.. Juste voir si y'aimerait ça qu'on y aille.. PAS D'POLICE DANS NOS ÉCOLES».

Jennifer Pawluck possède plusieurs comptes accessibles sur les réseaux sociaux dont My Space, YouTube et Facebook, où sont publiés divers messages et vidéos annonçant ou commentant des manifestations.

PLUS:pc