NOUVELLES
03/04/2013 01:41 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Washington promet 5 millions de dollars pour l'arrestation de Joseph Kony

Washington a promis mercredi 5 millions de dollars de récompense pour toute information qui permettrait l'arrestation du chef rebelle ougandais Joseph Kony, qui se cacherait aux confins de la Centrafrique, du Soudan du Sud et de la République démocratique du Congo (RDC).

Le dirigeant de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) est inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, parmi lesquels viols, mutilations, meurtres et recrutements d'enfants.

Les Etats-Unis ont également proposé une récompense pour l'arrestation de chacun des trois adjoints de Kony: Okot Odhiambo, Dominic Ongwen, ainsi que Sylvestre Mudacumura, qui combat au sein des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

La LRA est "l'un des groupes armés les plus cruels au monde", a affirmé l'ambassadeur des Etats-Unis pour les crimes de guerres Stephen Rapp, lors d'une conférence de presse.

"Nous agissons aujourd'hui pour que justice soit rendue à ces hommes, ces femmes et ces enfants innocents, victimes de massacres, d'amputations, d'asservissement, et d'autres atrocités", a-t-il expliqué. "Etre tenu pour responsable est un pilier clé de l'initiative de l'ONU pour prévenir de telles atrocités", a-t-il souligné.

La LRA est active dans le nord de l'Ouganda depuis 1988, mais ses combattants se sont installés depuis 2005 dans le nord-est de la RDC, ainsi qu'en Centrafrique et au Soudan du Sud.

Ses attaques ont provoqué le déplacement d'environ 450.000 personnes en RDC, Centrafrique, Ouganda et au Soudan du Sud, selon l'ONU, qui enquête par ailleurs sur des sources de financement illicite de la LRA, notamment celles liées au trafic d'ivoire.

Fin 2011, le président américain Barack Obama avait autorisé l'envoi d'une centaine de forces spéciales pour aider l'armée ougandaise à fouiller la jungle pour retrouver Joseph Kony.

"Cela fait partie de notre stratégie régionale visant à mettre fin au fléau de la LRA et à parvenir à un avenir où aucun enfant africain n'est enlevé à sa famille, aucune fille n'est violée et aucun garçon n'est forcé de devenir un enfant-soldat", avait-il expliqué quelques mois plus tard lors de la prolongation de cette mission, jugeant indispensable que "ce fou rende des comptes devant la justice".

L'armée ougandaise a annoncé mercredi avoir suspendu sa traque de la LRA en Centrafrique, suite à la prise du pouvoir à Bangui par la rébellion Séléka, qui n'est pas reconnue par l'Union africaine (UA).

En mars 2012, l'ONG californienne Invisible Children avait replacé Joseph Kony sur le devant la scène en diffusant "Kony 2012", un documentaire d'une demi-heure visionné sur internet par des dizaines de millions de personnes à travers le monde.

Elle avait ensuite diffusé une nouvelle vidéo avec l'objectif avoué de répondre aux critiques dont elle a fait l'objet. Car si la première vidéo avait incontestablement contribué à attirer l'attention sur Joseph Kony, des voix s'étaient élevées pour dénoncer un film simpliste et s'interroger sur la déontologie de l'ONG et l'utilisation de ses fonds.

jkb/jca/bdx

PLUS:afp