NOUVELLES
03/04/2013 06:51 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Plus de dépenses publiques au Québec

Le vieillissement de la population, les congés parentaux et l'augmentation du nombre de places subventionnées en garderie ont contribué à la hausse des dépenses publiques au Québec. Ce constat est formulé par les auteurs d'une étude publiée par le Centre sur la productivité et la prospérité (CPP) de HEC Montréal.

Cette étude révèle que les dépenses publiques du Québec sont beaucoup plus élevées que celles de l'Ontario et dépassent nettement la moyenne des provinces canadiennes.

Les chercheurs Robert Gagné et Jonathan Deslauriers y tracent l'évolution des dépenses des administrations municipales, provinciales et fédérale au pays de 1981 à 2009.

L'étude nous apprend qu'en 2009, les dépenses publiques représentaient 47 % du produit intérieur brut (PIB) du Québec. Elles se situaient à 38 % en Ontario et 39 % en moyenne dans les provinces canadiennes.

C'est aussi au Québec que les dépenses publiques par habitant étaient les plus importantes. Elles ont atteint en moyenne 16 150 $ par habitant en 2009, soit environ 1300 $ de plus qu'en Ontario et 1450 $ de plus que dans la moyenne des provinces canadiennes.

L'étude précise que près de 80 % de l'augmentation des dépenses publiques au Québec depuis 1981 est attribuable à une hausse des dépenses du gouvernement provincial. En Ontario, l'augmentation des dépenses provinciales explique 56 % de l'accroissement des dépenses publiques. La proportion atteint 64  % en moyenne dans les provinces canadiennes.

Pour le directeur du Centre sur la productivité et la prospérité, Robert Gagné, il semble pertinent de se questionner sur la place et sur le rôle que l'État doit jouer dans l'économie québécoise pour éviter qu'elle ne se trouve confrontée à une crise. Il juge ainsi nécessaire d'augmenter la productivité au Québec afin que l'État puisse régler la facture.

La Presse Canadienne

PLUS:rc