NOUVELLES
03/04/2013 04:55 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Les États-Unis promettent une récompense pour l'arrestation de Joseph Kony

Le département d'État américain a promis cinq millions de dollars à quiconque fournira de l'information permettant la capture de l'Ougandais Joseph Kony, leader de l'Armée de résistance du seigneur (LRA).

Le chef ougandais se cacherait dans la région frontalière du Soudan du Sud, de la Centrafrique et de la République démocratique du Congo. La Cour pénale internationale l'a inculpé en 2005 de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, dont la réduction en esclavage, l'esclavage sexuel et l'enrôlement d'enfants âgés de moins de 15 ans.

Ses chefs adjoints, Okot Odhiambo et Dominic Ongwen inculpés eux aussi par la CPI, sont également visés par la récompense, tout comme Sylvestre Mudacumura, chef des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

L'armée ougandaise avait annoncé mercredi qu'elle interrompait la traque de Joseph Kony en Centrafrique, tant que la situation ne serait pas clarifiée dans ce pays, où les rebelles ont pris le pouvoir et interrompu la collaboration avec l'Union africaine.

La LRA est « l'un des groupes armés les plus cruels au monde » a soutenu l'ambassadeur des États-Unis pour les crimes de guerre, Stephen J. Rapp, lors de la conférence de presse pour annoncer cette récompense, financée par le War Crimes Reward Program, une initiative visant à capturer des auteurs de crimes contre l'humanité.

Joseph Kony et ses sbires terrorisent la population ougandaise depuis la fin des années 1980, causant le déplacement de plus de 1,3 million de personnes. Installés dans le Soudan du Sud et au nord-est de la RDC depuis 2005, ils continuent de mener des incursions meurtrières et de perpétrer des abus contre les civils dans la région.

PLUS:rc