BIEN-ÊTRE
03/04/2013 11:53 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

Le divertissement, la solution télévisée à la crise

Télé-réalité, télé-crochet et autres émissions à la recherche de talents se sont imposés comme le genre préféré des téléspectateurs à travers le monde en 2012, selon une étude publiée par Médiamétrie ce mercredi 3 avril.

Le divertissement a trusté les audiences de nombreux pays dans le monde l'année dernière. Le genre représente l'avantage de servir à la fois les intérêts des téléspectateurs et des chaînes de télévision. Le public l'utilise volontiers pour s'échapper de son quotidien parfois morose tandis que les diffuseurs peuvent compter sur des formats solides et éprouvés pour faire monter l'audimat.

Sans grande surprise, les émissions à la recherche d'un talent se montrent les plus efficaces, grâce à des formats qui font le tour du monde. "X-Factor", "Masterchef", "The Voice", "Idols" ou "Got Talent", programmes les plus fédérateurs en 2012.

Petites nouveautés de l'année dernière, quelques chaînes osent s'aventurer hors des sentiers battus. Aux Pays-Bas, "Celibrity Splash" a fait grand bruit. L'émission a depuis été adaptée en France, sur TF1 ("Splash; le grand plongeon"), en Espagne, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine. Toujours aux Pays-Bas, "The Voice" a eu droit à une déclinaison dédiée aux enfants. Une idée qui a déjà séduit l'Allemagne. L’Australie a quant à elle proposé une version All Stars de "Masterchef".

Autre nouvelle tendance de 2012, le retour d'émissions phares disparues depuis plusieurs années du petit écran. Le public français a ainsi retrouvé "Nouvelle Star" et "Star Academy" sur de nouvelles chaînes. "Le Bachelor" a réinvestit la télévision hexagonale (NT1) et néerlandaise. Les Suédois peuvent à nouveau regarder le jeu "A prendre ou à laisser", arrêté en 2010 en France (TF1). "L'amour est aveugle" et "Qui veut épouser mon fils" sont également revenus aux Pays-Bas.

Les chaînes surfent sur une certaine vague de nostalgie, à laquelle elles ajoutent une touche de modernité digitale. Ce genre de programme amène très souvent des dispositifs spéciaux exploitant les réseaux sociaux afin d’interagir un maximum, en direct avec les téléspectateurs.

ajd/sbs