NOUVELLES

François Hollande réagit aux aveux de Jérôme Cahuzac

03/04/2013 10:01 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

PARIS - François Hollande, qui avait promis un gouvernement «irréprochable» en campagne électorale, a exprimé mercredi sa stupéfaction à la suite des aveux de l'ex-ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, qui a reconnu l'existence d'un compte bancaire en Suisse.

Le président socialiste de la France navigue en eaux troubles depuis que son ancien ministre a admis avoir caché au fisc des centaines de milliers d'euros pendant deux décennies dans un compte de banque helvète après avoir démenti vigoureusement et à répétition les informations qui circulaient à cet effet.

Ces mensonges ont été proférés non seulement dans les médias, mais également devant les élus de l'Assemblée nationale française et le président Hollande en personne.

François Hollande avait promis tout au long de la campagne électorale un retour à la présidence «normale», après les excentricités de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, taxé de président «bling-bling» en raison de son penchant pour les biens de luxe et les escapades en yacht.

Il se retrouve ainsi aux prises avec un scandale qui fera le bonheur de ses adversaires politiques de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), qui se feront sans aucun doute un malin plaisir à lui rendre la monnaie de sa pièce pendant le reste de son quinquennat.

L'opposition avait déjà commencé à haranguer les socialistes, accusant le gouvernement Hollande de mauvaise gestion après que celui-ci eut admis qu'il ne parviendrait pas à réduire le déficit comme il l'avait promis à ses partenaires européens.

À titre ministre du Budget, Jérôme Cahuzac avait notamment pour mandat de réduire le déficit en menant la lutte à l'évasion fiscale. Son aveu est donc non seulement embarrassant pour lui, mais également pour l'ensemble du cabinet socialiste — plusieurs ministres avaient défendu sur toutes les tribunes la probité de leur ancien collègue.

Le président a annoncé mercredi des mesures pour éviter la répétition d'un tel choc. Il a assuré que les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale ou pour corruption seront interdits de tout mandat public.

M. Hollande a estimé que l'ancien ministre s'est rendu coupable d'une faute morale impardonnable. Il a assuré que toute la lumière serait faite sur cette histoire et promis d'améliorer l'indépendance de l'appareil judiciaire et de rendre publiques les finances personnelles de tous les ministres et de tous les parlementaires.

François Hollande est au pouvoir depuis moins d'un an et il compte actuellement parmi les présidents les moins populaires de l'histoire de la France.

PLUS:pc