NOUVELLES

CAE annonce des contrats militaires et civils totalisant 215 millions $

03/04/2013 06:15 EDT | Actualisé 03/06/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - CAE a annoncé mercredi la vente de cinq simulateurs de vols dans le cadre de nouveaux contrats militaires et commerciaux totalisant 215 millions $.

Les contrats militaires, évalués à 130 millions $, comprennent la construction d'une installation de formation pour les forces aériennes du Koweit, ainsi que des simulateurs de vols pour la marine australienne et les forces de l'air américaines.

Par ailleurs, la société montréalaise a aussi vendu cinq simulateurs de vol ainsi que d'autre équipement de formation à des lignes aériennes et des avionneurs en Asie, en Australasie, en Amérique du Nord et en Europe, pour un totale de 85 millions $.

Ces nouvelles transactions font grimper le nombre de simulateurs de vols vendus dans l'exercice financier 2013 à 35, ce qui est conforme aux prévisions de CAE.

L'entreprise a expliqué que 60 pour cent de ses ventes de simulateurs cette année avaient été réalisées auprès de clients en Asie et en Australasie, contre 23 pour cent en Amérique du Nord et 17 pour cent en Europe.

CAE n'a pas identifié les transporteurs aériens ni fourni une ventilation individuelle des contrats civils.

Les contrats miliaires comprennent un entraîneur à l'entretien et au chargement des armes de l'hélicoptère MH-60 Sikorsky, qui sera livré à la marine australienne en 2015.

Lockheed Martin a en outre exercé une option sur un contrat pour que CAE conçoive et construise un entraîneur aux systèmes d'armes C-130J additionnel pour les forces de l'air américaines qui sera livré en 2016.

Les forces de l'air des États-Unis ont aussi accordé à CAE un contrat pour effectuer des services de soutien opérationnel et à la maintenance pour les opérateurs de perche du KC-135 pour un total de 55 millions $.

L'analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, a noté que les commandes de simulateurs de CAE pour l'exercice 2013 avaient répondu aux attentes, même si elles étaient inférieures de deux au nombre de l'an dernier.

Les perspectives pour la prochaine année sont bonnes, a poursuivi l'analyste, puisqu'elles profitent des commandes de jusqu'à 634 nouveaux avions annoncées par Airbus et Boeing. Un simulateur est habituellement requis pour chaque 20 ou 30 nouveaux avions vendus.

CAE devrait fournir de nouvelles prévisions pour l'an prochain lors qu'il dévoilera les résultats financiers de son quatrième trimestre, le 16 mai.

Malgré l'incertitude vis-à-vis de son segment militaire, particulièrement en ce qui a trait aux contrats militaires américains, M. Doerksen a indiqué que seulement 41 pour cent des revenus totaux de CAE étaient liés au secteur militaire, et seulement le tiers de cette portion est liée aux États-Unis.

«Notre perspective à long terme pour CAE reste positive puisque la demande pour les simulateurs devrait rester forte et la pénurie croissante de pilotes placera CAE dans une position favorable pour ce qui est de la croissance dans la formation des pilotes.»

L'action de CAE a gagné mercredi 7 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 9,96 $.

PLUS:pc