NOUVELLES
03/04/2013 03:32 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Adhésion automatique à une association étudiante : la CSN veut être entendue par la cour

La Cour supérieure doit rendre sa décision au cours des prochaines semaines concernant la participation de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) dans une cause qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur les associations étudiantes et le droit du travail.

Les étudiants Laurent Proulx et Miguel Bergeron réclament l'abolition de l'adhésion et les cotisations automatiques aux associations étudiantes, qui selon eux, ne respectent pas la Charte canadienne des droits et libertés. Les deux jeunes hommes associés au mouvement des carrés verts ont déposé une requête en ce sens en Cour supérieure en janvier dernier.

Laurent Proulx s'est fait connaître pendant le conflit du printemps dernier pour avoir obtenu une injonction pour poursuivre ses cours à l'Université Laval pendant la crise.

La CSN croit que si elle est approuvée, les répercussions de la requête des deux étudiants pourraient déborder du cadre étudiant et avoir un impact sur la loi du travail.

Laurent Proulx s'oppose à ce que la CSN s'immisce dans cette cause. « Il y a une ligne bien marquée entre un syndicat et une association étudiante », avait-il affirmé en mars dernier.

Les associations étudiantes, comme la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Table de concertation étudiante du Québec (TACEQ), ont-elles aussi l'intention de s'exprimer sur la question.

Le président de la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL) s'est d'ailleurs dit surpris par la requête puisque dans son université, il suffit de remplir un formulaire pour se désaffilier de l'association.

Une fois la question de la participation de la CNS réglée, le fond de la requête sera débattu au cours des prochaines semaines.

PLUS:rc