NOUVELLES

Une touriste violée dans un minibus de Rio de Janeiro

02/04/2013 04:32 EDT | Actualisé 01/06/2013 05:12 EDT

Une nouvelle histoire de viol collectif à bord d'un autobus provoque l'indignation, cette fois au Brésil.

Selon les policiers, une jeune étudiante américaine de 21 ans a été agressée pendant plusieurs heures dans un minibus de Rio de Janeiro, dans la nuit de samedi à dimanche.

La jeune femme et son compagnon, un étudiant français de 23 ans, seraient montés à bord d'un minibus dans le quartier de Copacabana. Deux hommes auraient fait descendre les autres passagers avant d'attaquer le couple, qui aurait été séquestré pendant plusieurs heures pendant que les assaillants se relayaient au volant et circulaient dans la ville.

Les agresseurs auraient aussi utilisé les cartes de crédit de leurs victimes, qui ont quitté le pays depuis l'attaque.

Deux suspects âgés de 21 et 23 ans ont été arrêtés dimanche et une troisième personne a été appréhendée lundi soir.

Selon les médias locaux, une Brésilienne qui avait subi une agression semblable le 23 mars dernier a reconnu ses agresseurs lorsque les journaux ont diffusé des photographies des suspects.

Inquiétudes sécuritaires

Le Brésil s'apprête à organiser de nombreux évènements internationaux d'envergure et cet évènement fait craindre que les tentatives du pays pour réduire la criminalité n'aient été vaines.

En juillet, les Journées mondiales de la jeunesse catholique auront lieu à Rio. Puis, la ville tiendra la Coupe des confédérations de football, la Coupe du monde de football et les Jeux olympiques.

En préparation de ces rendez-vous, le Brésil a mis en place des escouades spéciales qui patrouillent dans les quartiers pauvres, souvent aux prises avec des trafiquants de drogue. La criminalité a reculé, mais reste importante.

Déjà-vu

Cette histoire rappelle celle de la jeune Indienne victime d'un viol collectif à bord d'un autobus, en décembre à New Delhi. L'étudiante est morte de ses blessures quelques semaines plus tard.

Fortement indignés, les Indiens ont organisé des dizaines de manifestations pour réclamer des lois plus dures envers les auteurs de crimes sexuels ainsi que de meilleures mesures pour protéger les femmes.

PLUS:rc