NOUVELLES

TransCanada veut transporter du pétrole de l'ouest vers l'est du Canada

02/04/2013 11:25 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

La société TransCanada a lancé mardi un appel aux fournisseurs de pétrole de l'ouest du Canada en vue de la construction d'un oléoduc géant qui acheminerait jusqu'à 850.000 barils d'or noir par jour vers l'est du pays à partir de 2017.

Ce projet baptisé "Oléoduc Energie Est" comprend la conversion d'un gazoduc de 3.000 km de long transportant actuellement du gaz naturel et la construction d'un nouveau tronçon de 1.400 km.

Le futur oléoduc alimenterait les raffineries du Québec, ainsi que celle du groupe Irving située à Saint John, au Nouveau-Brunswick, sur le littoral atlantique.

Exportateur net de pétrole, le Canada a néanmoins importé en 2012 plus de 600.000 barils par jour pour alimenter les raffineries de l'est du pays.

Ce projet permettrait "d'éliminer la dépendance du Canada au pétrole brut importé de l'étranger, dont le prix est plus élevé", a indiqué TransCanada dans un communiqué.

Il fournirait surtout aux producteurs de l'ouest du pays une fenêtre pour exporter leur pétrole vers l'étranger, au moment où trois autres projets d'oléoducs, dont le Keystone XL vers les Etats-Unis, et deux autres vers la côte canadienne du Pacifique, sont vivement contestés par les écologistes.

Le groupe canadien Enbridge envisage aussi de transporter du pétrole entre l'Alberta et l'est du Canada en inversant notamment le flux d'un oléoduc entre Montréal et l'Ontario.

Le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver, s'est félicité du projet de TransCanada, au moment où les pétrolières de l'Alberta doivent vendre au rabais leur or noir, en raison d'oléoducs insuffisants.

En ce moment, 99% des exportations canadiennes de pétrole sont destinées aux Etats-Unis, mais la demande américaine est appelée à diminuer alors que ce pays devrait devenir vers 2020 le premier producteur de la planète, selon l'Agence internationale de l'énergie.

Les pétrolières intéressées par le projet de TransCanada pourront lui soumettre leurs besoins du 15 avril au 17 juin. Si cet appel est concluant, TransCanada engagera le processus pour l'obtention des autorisations pour la construction et l'exploitation des installations. L'oléoduc entrerait en service fin 2017.

jl/via/bdx

PLUS:afp