NOUVELLES

Traité sur les armes: Washington satisfait du respect de sa Constitution

02/04/2013 02:21 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a salué mardi l'adoption par l'ONU du premier traité sur le commerce international des armes conventionnelles, se félicitant que le texte n'empiète pas sur la Constitution américaine qui garantit le droit de posséder une arme.

"Le traité adopté aujourd'hui va (...) contribuer à réduire le risque que les transferts internationaux d'armes conventionnelles servent à perpétrer les pires crimes de la planète, notamment de terrorisme, de génocide, les crimes contre l'humanité ou les crimes de guerre", écrit dans un communiqué le patron de la diplomatie américaine.

Mais John Kerry souligne que le traité "s'applique uniquement au commerce international et réaffirme le droit de tout Etat souverain à réguler (le commerce des) armes sur son territoire".

"Comme les Etats-Unis l'avaient demandé dès le début des négociations, rien dans ce traité ne peut enfreindre les droits des citoyens américains définis par notre législation ou par notre Constitution, y compris par le Second amendement", qui garantit à tout Américain le droit de posséder une arme, rappelle le secrétaire d'Etat.

M. Kerry avait prévenu mi-mars que son pays ne signerait pas de traité de l'ONU sur le commerce des armes qui réglementerait la question clé des munitions et qui empièterait sur la Constitution américaine.

Dans le texte adopté mardi, les Etats-Unis, principal pourvoyeur d'armes de la planète avec 30% du marché, ont obtenu que les munitions soient traitées à part, avec des contrôles moins complets.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté mardi ce traité malgré l'abstention de plusieurs acteurs majeurs de ce marché, évalué à 80 milliards de dollars par an. En discussion depuis sept ans, ce traité est le premier texte international majeur sur le désarmement depuis le traité sur l'interdiction des essais nucléaires de 1996.

nr/are

PLUS:afp