NOUVELLES
02/04/2013 09:45 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

N.-B. : plus de 1000 personnes assistent aux funérailles de Martin-J. Légère

CARAQUET, - Simples, sobres et empreintes de beaucoup de respect, voilà les adjectifs qui décrivent le mieux les funérailles de Martin-J. Légère, fondateur du Mouvement des caisses populaires acadiennes.

Mardi après-midi, plus de 1000 personnes se sont recueillies en l’église Saint-Pierre-aux-Liens de Caraquet afin de rendre un dernier hommage à Martin-J. Légère, décédé la semaine dernière à l’âge de 96 ans, à Caraquet.

La vie de cet homme ayant grandement contribué à la mise sur pied du mouvement coopératif acadien a laissé peu de gens indifférents. Avant et durant la cérémonie d’environ 1 h 30, plusieurs proches de Martin-J. Légère ainsi que des élus ont tenu à saluer sa vie exceptionnelle. La messe a pris fin avec la chanson Grand Pré, interprétée par Sandra Le Couteur.

L’un des discours les plus touchants a été prononcé par Camille Thériault, directeur général actuel de la Fédération des caisses populaires acadiennes.

«Je crois, mes chers amis, que la question qu’il faut se poser est plutôt celle-ci: existe-t-il ou existera-t-il dans l’histoire de l’Acadie un homme ou une femme doté d’une vision aussi porteuse mue par une générosité aussi désintéressée et par un amour pour l’Acadie aussi fort que celui qui a guidé ce grand patriote pendant toute son existence? À l’instar de M. Légère, prenons conscience de notre responsabilité individuelle et collective envers notre langue, la vitalité de notre culture et la pérennité de nos organisations sans oublier de cultiver la solidarité nécessaire à la réalisation de tout grand projet de société. M. Légère nous a tracé la voie, c’est à nous maintenant de reprendre le flambeau», dit Camille Thériault.

Une de ses petites filles et deux de ses enfants ont aussi partagé des souvenirs de M. Lègère. L’un de ses fils, René, s’est dit touché par les nombreux commentaires faisant l’éloge de son père.

«Nous sommes profondément touchés par le respect démontré à l’endroit de notre père qui, durant sa vie entière, a travaillé au développement de l’Acadie et a permis aux Acadiens et Acadiennes d’avoir la possibilité de réaliser leurs rêves: le rêve d’être propriétaire de sa propre maison pour élever sa famille, de son bateau pour exercer le métier de pêcheur, de sa propre entreprise pour participer à la vie économique dans sa communauté», affirme René Légère.

Martin-J. Légère est décédé le 27 mars à Caraquet à l’âge de 96 ans. L’un des fondateurs du Mouvement des caisses populaires acadiennes, il a occupé le poste de président-directeur général jusqu’à sa retraite en 1981.

Il a également participé à la fondation de plusieurs organismes dans la région de Caraquet, dont l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, du Festival acadien, la Chambre de commerce du Grand-Craquet, des Richelieu et de la Villa Beauséjour.

PLUS:pc