NOUVELLES
02/04/2013 06:27 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Le chef des pompiers de Montréal prendra sa retraite en mai

PC

Ébranlé par la crise qui secoue le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), son directeur Serge Tremblay a annoncé mardi sa retraite, effective le 31 mai prochain.

Le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal réclamait depuis quelque temps son départ, le tenant responsable d'un climat « malsain » qui règne depuis des années dans le service.

Ce climat aurait pu notamment provoquer le suicide du préventionniste Stéphane Archambault en octobre dernier. Selon sa famille, l'homme aurait été victime d'intimidation au travail.

À la fin février, Serge Tremblay avait lui-même avoué qu'il existait un climat de travail difficile, dont il prenait une partie du blâme. Mais il affirmait ne pas pouvoir, seul, changer une culture d'affrontement qui perdure depuis des années.

Dans un communiqué envoyé mardi sur le site du SIM, Serge Tremblay insiste toutefois sur le fait qu'un bon climat de travail a toujours été « prioritaire » pour lui. « En 2011, avec les membres de ma direction, j'ai entrepris une démarche pour instaurer un changement de culture auprès de notre personnel-cadre avec l'aide d'un consultant externe, permettant ainsi un retour à la normale suite à la signature de la convention collective », souligne-t-il.

Toujours dans le communiqué, il reconnaît avoir vécu des moments de « profonde tristesse », en faisant allusion « aux événements survenus récemment » qui l'ont « marqué personnellement ».

Mardi, le président du Syndicat des cols blancs, Alain Fugère, s'est dit satisfait de ce départ à la retraite. « C'était un climat paramilitaire au service des incendies. Ça fait plusieurs mois, voire des années, qu'on criait haut et fort qu'il y avait un climat pas endurable pour personne », confie-t-il à Radio-Canada.

« Il y avait du harcèlement et ça a pris malheureusement un triste événement comme le suicide de M. Archambault pour faire éclore ça au grand jour [...]. Puis là, c'est la tête du directeur qui vient de tomber », poursuit-il.

Plus tôt cette année, le président de l'association des pompiers de Montréal avait notamment attribué cette culture d'affrontement au sein du service à des négociations particulièrement difficiles et longues pour renouveler la convention collective.

Serge Tremblay était directeur du SIM depuis novembre 2004.

Avec des informations d'Yvan Côté et Benoît Chapdelaine.