NOUVELLES

Le Canada et les Emirats annoncent leur réconciliation sur les visas

02/04/2013 12:04 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Le Canada et les Emirats arabes unis ont annoncé mardi le retour prochain au régime de visas tel qu'il avait existé avant que les tensions entre les deux pays n'aient conduit Abou Dhabi à introduire des prix prohibitifs, fin 2010.

Mécontents des limites imposées par Ottawa aux activités de leurs compagnies aériennes au Canada, les Emirats avaient exigé 250 dollars pour un visa de 30 jours et 1.000 dollars pour un visa de six mois.

L'amélioration des relations, déjà amorcée il y a un an, est confirmée dans une déclaration conjointe publiée mardi à l'occasion de la visite du chef de la diplomatie canadienne, John Baird, à Abou Dhabi.

Les deux pays, indique ce document, avaient trois objectifs: "1) signer un accord de coopération nucléaire; 2) créer un conseil des hommes d'affaires Canada-Émirats arabes unis; 3) assouplir les exigences relatives aux déplacements (...), en révisant le système de visa".

"Nous sommes heureux d'annoncer que nous avons atteint ces trois objectifs, qui deviendront officiels au cours du prochain mois", ajoute le document.

"Mon homologue, le cheikh Abdullah, m'a informé que son gouvernement rétablirait le régime de visas (...) qui était en vigueur avant la période difficile de nos relations", a dit M. Baird depuis Abou Dhabi lors d'une conférence de presse téléphonique.

Les rapports s'étaient tendus à l'automne 2010 quand Ottawa avait refusé d'augmenter le nombre de vols de compagnies des Emirats vers le Canada. En représailles, le pays du Golfe avait mis fin au fonctionnement d'une base militaire canadienne sur son sol, puis décrété des prix prohibitifs pour les visas, frappant ainsi les quelque 25.000 expatriés canadiens établis sur son territoire.

Le ministre canadien, qui avait assisté lundi à la réouverture de l'ambassade de son pays à Bagdad, a souligné par ailleurs que l'Irak était devenu en quelques années le plus important partenaire commercial du Canada au Moyen-Orient.

via/jl/sam

PLUS:afp