NOUVELLES

La Chine rapporte quatre nouveaux cas de grippe aviaire

02/04/2013 06:49 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - Les autorités chinoises ont rapporté, mardi, quatre nouveaux cas graves d'une souche plus rare de grippe aviaire dans une province de l'est du pays.

Les villes de la côte ont par ailleurs annoncé le renforcement des mesures de santé publique pour tenter d'empêcher que la maladie ne fasse d'autres victimes. Ces nouveaux cas viennent s'ajouter aux trois autres rapportés dimanche, dont deux s'étaient soldés par la mort des malades à Shangai.

Dans une note publiée sur son site Web, le Bureau de la santé publique de la province de Jiangsu, dans l'est de la Chine, indique que trois femmes âgées respectivement de 45, 48 et 32 ans, de même qu'un retraité de 83 ans, reposent dans un état critique après avoir été contaminés par le virus H7N9. Tous sont originaires de différentes villes de la province.

Les trois autres cas rapportés dimanche provenaient de la province d'Anhui et de la ville de Shangai.

Le virus H7N9, une souche plus rare de la grippe aviaire, n'avait pas posé de problèmes aux humains avant cette annonce, contrairement au H5N1, plus virulent, qui a commencé à décimer les volailles du continent asiatique en 2003 et a depuis tué quelque 360 personnes un peu partout à travers le monde.

Et maintenant que l'agence de santé publique chinoise a repéré les premiers cas connus d'infection dimanche, les autorités semblent plus promptes à examiner d'autres cas de grippe sévère.

«Beaucoup de personnes souffrent de problèmes respiratoires ou de pneumonie et elles ne sont habituellement pas testées. Mais avec l'annonce d'une épidémie de grippes, les gens sont davantage portés à effectuer des tests et il y a donc plus de chances de détecter de nouveaux cas», a soutenu le Dr Ray Yip, un expert en santé publique de la fondation Bill et Melinda Gates en Chine.

Tous les patients sont malades depuis le 19 mars, date à laquelle ils ont commencé à souffrir de fièvre, de toux et de symptômes reliés à la grippe, indique-t-on dans le communiqué du Bureau de la santé publique. Leur état s'est détérioré sur une période de sept à onze jours, selon les cas, entraînant leur transfert aux soins intensifs d'établissements de Nanjing, la capitale du Jiangsu.

Selon la note du Bureau, un seul des quatre nouveaux malades aurait été en contact avec des poulets. La femme de 45 ans aurait travaillé dans une boucherie de volailles.

Les quatre cas de grippe ne semblent pas être reliés entre eux et les personnes ayant été en contact avec les patients n'ont pas rapporté avoir eu de la fièvre ni de problèmes respiratoires, poursuit-on dans le communiqué.

Les dirigeants de la capitale chinoise, Pékin, sont eux aussi en état d'alerte. L'agence Chine Nouvelle affirme que les hôpitaux ont reçu l'ordre de surveiller de près les cas inexpliqués de grippe aviaire ou de pneumonie.

Ces annonces, même si elles demeurent quelque peu nébuleuses, semblent démontrer que le gouvernement chinois a décidé d'être plus transparent cette fois-ci qu'il ne l'avait été il y a dix ans, lors de l'épidémie de SRAS. Le silence gouvernemental avait alors permis au virus de se propager à travers la Chine et dans une dizaine de pays, dont le Canada.

PLUS:pc