NOUVELLES

Des Canadiens impliqués dans une attaque terroriste en Algérie identifiés

02/04/2013 08:10 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Deux Canadiens liés à Al-Qaïda et tués alors qu'ils participaient à l'attaque terroriste contre un site gazier isolé en Algérie au début de l'année étaient d'anciens camarades d'école âgés d'un peu plus de vingt ans.

L'un vient d'une famille grecque orthodoxe et tous deux ont grandi dans une famille de classe moyenne à London en Ontario.

Citant des sources anonymes, la CBC a confirmé que les deux militants liés à Al-Qaïda sont Xristos Katsiroubas et Ali Medlej. Ils auraient tous les deux été âgés de moins de 24 ans au moment de leur mort.

L'attaque terroriste à laquelle les deux Canadiens ont participé ainsi que 30 autres militants liés à Al-Qaïda a fait au moins 38 morts du côté des otages, des employés de la raffinerie et 29 du côté des extrémistes. Le siège de quatre jours avait pris fin lorsque les soldats algériens avaient pris d'assaut le site d'In Amenas.

Des sources affirment qu'il est très probable que Xristos Katsibouras et Ali Medlej se soient fait exploser de manière intentionnelle. L'un d'eux a uniquement pu être identifié grâce à des tests ADN.

À la suite des événements, le premier ministre de l'Algérie avait indiqué que deux Canadiens figuraient parmi les ravisseurs, ce qui n'avait pas été confirmé par le Canada.

Des sources policières affirment que Xristos Katsiroubas est probablement l'assaillant que des survivants ont décrit comme ayant des cheveux blonds et parlant couramment un « anglais nord-américain »

Des membres de la GRC ont été dépêchés à Alger pour enquêter.

En mars, la GRC avait confirmé que deux Canadiens figuraient parmi les personnes tuées. Elle reconnaissait que, dans un cas, le cadavre reposait parmi ceux qu'on accusait d'être les ravisseurs.

Peut-être d'autres Canadiens impliqués

À présent des sources ont révélé à la CBC qu'il pourrait y avoir d'autres Canadiens impliqués en plus de Xristos Katsiroubas et Ali Medlej.

Elles affirment qu'au moins deux autres anciens camarades d'école des deux hommes les ont accompagnés à l'étranger.

On ignore si les deux autres personnes sont impliquées dans l'attaque en Algérie ou même si elles sont encore vivantes.

Intervention du SCRS

Les services de renseignement canadien refusent de commenter.

La CBC a toutefois appris qu'en 2007, des agents du Service canadien du renseignement de sécurité ont interrogé quelques-uns des membres de la famille et des amis de Xristos Katsiroubas et d'Ali Medlej alors adolescents.

À London, un ancien ami des deux hommes soutient que l'un de leurs proches avait appelé la police se plaignant qu'ils « fréquentaient des gens bizarres ».

Il ajoute qu'un agent du SCRS a ensuite interrogé un certain nombre de leurs amis.

Des sources des services de renseignement indiquent toutefois que le SCRS n'avait pas placé les deux hommes et leurs amis sous surveillance lorsqu'ils ont quitté le Canada l'an dernier pour accomplir leur mission sanglante.

Personne ne comprendra jamais complètement comment et pourquoi deux adolescents qui ressemblaient aux autres ont commis de tels actes.

Selon les détails qui émergent d'anciens amis et associés, ce scénario serait de plus en plus fréquent.

Des adolescents comme les autres

« Xris » Katsiroubas a grandi dans une maison d'un quartier de classe moyenne de London avec une grande diversité ethnique et dans une maison avec une piscine dans la cour arrière.

Il a vécu avec sa mère après le divorce de ses parents.

Un ancien ami se souvient qu'au début au moins « il était comme tous les autres enfants, très intelligent à l'école, très actif ».

Xristos Katsibouras aurait eu un grand frère et au moins trois cousins.

L'un de ses proches est cité dans un article de presse datant de 2007. Il y raconte qu'il traversait tout London pour se rendre dans sa pâtisserie grecque préférée.

On connaît peu de choses d'Ali Medlej. Il n'y aurait que peu de mentions dans la plupart de ses annuaires scolaires.

Des sources disent qu'il a été ami avec Xristos Katsibouras pendant toutes leurs années à l'école secondaire London South Secondary.

Ali Medlej aurait terminé ses études secondaires en 2007. Au même moment, Xristos Katsibouras aurait arrêté l'école à la fin de la 11e année.

Un ancien ami affirme qu'au cours de l'adolescence Xristos Katsibouras s'est converti à l'islam.

« Il n'était pas le même »

Une ancienne connaissance de l'école dit avoir croisé Xristos Katsibouras en 2009. Elle se souvient qu'« il était très difficile de rétablir un lien avec lui. Il n'était pas le même. Il avait d'autres centres d'intérêt, répétait allons à la mosquée ». « Ce n'était pas qu'il voulait m'y emmener. C'était qu'il voulait y aller et qu'il pensait que deux heures passées avec moi étaient une perte de temps », ajoute cette personne.

Peu de temps après avoir quitté l'école secondaire, Ali Medlej et Xristos Katsibouras ainsi qu'un autre ami ont voyagé dans l'Ouest, ont fait quelques boulots et sont finalement revenus à London en moins de six moins.

Ali Medlej se serait marié peu après 2009.

Leurs anciens amis ont ensuite entendu parler d'Ali Medlej et de Xristos Katsibouras deux mois environ après l'attaque du site gazier en Algérie.

Des agents du SCRS sont revenus poser des questions.

Les agents n'ont jamais mentionné que les deux hommes étaient morts, encore moins qu'ils avaient participé à l'attaque.

Les enquêteurs disent que de nombreux employés innocents du site qui sont morts lors de l'attaque ont été brûlés vifs.

PLUS:rc