NOUVELLES

Corée du Nord: les Etats-Unis déploient une plate-forme radar antimissile

02/04/2013 11:42 EDT | Actualisé 02/06/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis déploient un radar de défense antimissile balistique pour détecter depuis le Pacifique d'éventuels lancements de missiles nord-coréens, a-t-on appris mardi auprès d'un responsable américain de la Défense.

Ce système --appelé SBX-- est doté d'un radar en bande X, monté sur une plate-forme semi-submersible surmontée d'un énorme radôme. Il devrait se positionner à l'est du Japon et de là être en mesure de détecter tout lancement et de suivre la trajectoire de tout missile lancé depuis la Corée.

Ce déploiement a été qualifié de "routine" par ce responsable sous couvert d'anonymat. Selon le porte-parole du Pentagone George Little, le SBX effectue un "essai semestriel de ses systèmes" mais a jugé qu'il serait "incorrect à ce stade de lier le (déploiement du) SBX à ce qui se passe sur la péninsule coréenne".

Outre le destroyer antimissile USS McCain, le destroyer antimissile USS Decatur a également été déployé "dans le Pacifique occidental", a ajouté M. Little.

Dotés du système Aegis, ces navires ont pour mission de "protéger nos intérêts, nos propres troupes dans la région et nos alliés, dont le Japon", a-t-il précisé.

Des missiles ciblant la Corée du Sud seraient plutôt traités par des systèmes antimissile terrestres comme les Patriot ou les missiles Thaad.

Quelque 28.500 militaires américains sont basés en Corée du Sud, près de 50.000 au Japon et des milliers d'autres sur les bases américaines de Guam et d'Hawaï.

Dans ce qui s'apparente à une diplomatie de la canonnière, les Etats-Unis ont multiplié ces derniers jours les annonces concernant les mouvements d'équipements militaires.

Le Pentagone a ainsi rendu public le vol de bombardiers B-52 et surtout de bombardiers furtifs B-2 au-dessus du territoire sud-coréen ainsi que l'envoi sur la base d'Osan en Corée du Sud de deux F-22 Raptor, les chasseurs furtifs les plus avancés de l'arsenal américain.

Ces deux appareils ne devraient en revanche pas participer à l'exercice annuel "Foal Eagle" américano-sud-coréen, qui doit durer jusqu'au 30 avril, mais être en simple "présentation statique" pour informer les responsables militaires sud-coréens sur ces capacités, selon un responsable de la Défense.

Washington prend toutefois soin de ne pas rajouter à la tension. "Je peux vous dire que notre réponse et les moyens déployés sont des mesures de prudence, logiques et mesurées", a assuré le porte-parole du Pentagone.

Si la Corée du Nord multiplie chaque jour les déclarations belliqueuses, annonçant ainsi mardi qu'elle redémarrait un réacteur nucléaire mis à l'arrêt en 2007, la Maison Blanche a fait savoir lundi que cette "rhétorique" n'était accompagnée d'aucun geste présageant d'une action militaire d'ampleur.

Le site internet des forces américaines en Corée était par ailleurs inaccessible mardi. "A ce stade", il semble que cela soit une simple panne de matériel, selon M. Little.

mra/mdm

PLUS:afp