NOUVELLES

Washington pousse Belgrade et Pristina à normaliser leurs relations

01/04/2013 03:02 EDT | Actualisé 01/06/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont plaidé lundi pour que la Serbie et le Kosovo trouvent un accord diplomatique mardi au cours d'une dernière réunion à Bruxelles, en vue de leur éventuelle adhésion à l'Union européenne.

"Nous espérons que le cycle de discussions demain (mardi) sera couronné de succès parce qu'il est important que la Serbie et le Kosovo normalisent leurs relations pour s'abstraire de l'héritage du passé et pour aller de l'avant en termes démocratiques et économiques, sur le chemin de l'intégration européenne", a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

La diplomate du département d'Etat a rappelé que son pays appuyait fortement le processus de dialogue entre Belgrade et Pristina sous l'égide de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton. Cette dernière s'était rendue dans les Balkans en octobre 2012, épaulée par la secrétaire d'Etat de l'époque Hillary Clinton, pour défendre l'intégrité territoriale du Kosovo, mais sans demander à la Serbie de reconnaître l'indépendance de son ancienne province.

Les chefs des gouvernements serbe et kosovar, Ivica Dacic et Hashim Thaçi, ont rendez-vous mardi pour une "réunion de conclusion", la huitième rencontre à Bruxelles depuis la reprise des pourparlers en octobre dernier parrainés par l'UE.

Un accord augmenterait considérablement les chances pour la Serbie d'obtenir une date d'ouverture de négociations d'adhésion à l'UE à l'occasion du sommet européen de juin.

Mais le président de la Serbie, Tomislav Nikolic, s'est dit lundi pessimiste quant à la conclusion d'un accord avec le Kosovo, tenant pour responsable l'intransigeance de Pristina en cas d'échec.

Le dialogue entre Belgrade et Pristina porte actuellement essentiellement sur l'organisation des municipalités où les Serbes sont majoritaires, notamment dans le nord du Kosovo, région échappant au contrôle de Pristina.

Le Kosovo a proclamé son indépendance de la Serbie en 2008, avec le soutien de Washington et de la majorité des pays de l'UE. Belgrade cependant ne reconnaît pas cette indépendance et considère le Kosovo comme sa province méridionale.

nr/bdx

PLUS:afp