NOUVELLES

Une forte hausse du prix des bonbonnes de gaz provoque des remous en Egypte

01/04/2013 02:18 EDT | Actualisé 01/06/2013 05:12 EDT

Une forte augmentation du prix subventionné des bonbonnes de gaz butane en Egypte, assortie d'un système de coupons, a provoqué des premiers remous avec des arrêts de travail dans des dépôts, ont rapporté lundi des officiels et des médias locaux.

Le prix de la bonbonne standard de 12,5 kilos, utilisée pour les besoins domestiques, a été porté lundi à 8 livres égyptiennes (0,9 euros), contre 5 livres auparavant, soit une hausse de 60%, ont indiqué des responsables du ministère du Commerce intérieur et de l'approvisionnement.

Un système de cartes d'approvisonnement, utilisé pour des produits de base comme la farine et le sucre, a été étendu au gaz butane, afin de permettre aux plus démunis de bénéficier de ce tarif subventionné, qui reste très inférieur à celui des bonbonnes vendues au prix du marché, a également indiqué le site d'informations Ahram Online.

Cette décision a immédiatement provoqué des arrêts de travail dans des dépôts à travers le pays, a indiqué un responsable de la Fédération générale des Chambres de commerce, Hossam Arafat, cité par l'agence officielle Mena.

Selon lui, la décision "abrupte" aurait été prise sans être notifiée aux professionnels du secteur, et a provoqué "la confusion sur les marchés". M. Arafat reproche également au pouvoir de chercher à dénigrer les revendeurs pour leur faire porter la responsabilité d'une hausse impopulaire.

Les griefs des professionnels portent sur la marge bénéficiaire jugée trop faible qui leur est accordée sur les bouteilles de gaz subventionnées.

L'Egypte, en proie à une grave crise économique, fait face à des difficultés croissantes pour maintenir son coûteux système de subventions à des produits de base comme les carburants, le gaz butane ou la farine.

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) est attendue cette semaine au Caire pour reprendre des discussions sur un prêt de 4,8 milliards de dollars.

Cette aide est destinée à appuyer des réformes économiques jugées indispensables, mais qui risquent d'aggraver encore les difficultés quotidiennes de la population égyptienne, l'une des plus pauvres du Moyen-Orient.

Selon Ahram Online, 12 millions de foyers égyptiens utilisent le gaz en bonbonne, contre contre 4,5 millions de foyers raccordés au gaz de ville.

cr/vl

PLUS:afp