NOUVELLES

Un groupe affilié à Al-Qaïda revendique l'attaque contre Tombouctou

01/04/2013 05:06 EDT | Actualisé 01/06/2013 05:12 EDT

BAMAKO, Mali - Une branche locale d'Al-Qaïda a revendiqué lundi l'attaque menée contre Tombouctou ce week-end alors que les forces françaises et maliennes continuaient à pourchasser les djihadistes qui se sont infiltrés dans la ville située dans le nord du Mali.

Cette déclaration et l'audace de l'assaut font craindre aux autorités que les combattants islamistes se sont regroupés après avoir été dispersés à la suite de l'offensive lancée il y a trois mois par l'armée française.

Un porte-parole d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a publié un communiqué lundi sur un site Web mauritanien disant que l'attaque contre Tombouctou avait été dirigée par un kamikaze algérien appartenant à la brigade Youssef ben Tachfine, qui était sous les ordre d'Abou Zeid avant qu'il ne soit tué par les troupes françaises en février.

Les autorités françaises et maliennes ont confirmé que l'assaut avait commencé avec l'explosion d'une voiture à l'un des points de contrôle de la ville samedi soir. Selon le capitaine Samba Coulibaly, porte-parole de l'armée malienne à Tombouctou, l'attentat était vraisemblablement une ruse pour détourner l'attention des forces de sécurité et permettre à des djihadistes de pénétrer dans la cité.

Le capitaine Coulibaly a expliqué que les combattants islamistes étaient entrés dans la ville en scooter ou à pied et s'étaient postés à l'Hôtel Colombe, où logent souvent les journalistes et travailleurs humanitaires, en plus de se glisser dans le camp militaire situé près de Tombouctou.

Il a indiqué que 11 djihadistes avaient été tués depuis le début de l'attaque.

Le ministère de la Défense de la France a annoncé dans un communiqué que des jets de l'armée française avaient survolé la ville afin de repérer les assaillants, qui ont tenté de prendre la fuite du côté nord-ouest de Tombouctou. Un soldat français a été blessé durant les combats.

PLUS:pc