NOUVELLES

Prises de pêche accidentelles: un danger grandissant pour les tortues de mer

01/04/2013 02:49 EDT | Actualisé 01/06/2013 05:12 EDT

Les tortues de mer sont de plus en plus menacées par les prises de pêche accidentelles, particulièrement par de petites pêcheries côtières, selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis.

Six des sept espèces de tortues marines de la planète sont en danger et sans mesures efficaces pour réduire ces prises, les populations mondiales de ces animaux marins pourraient disparaître, redoutent les auteurs de cette recherche publiée dans la revue américaine Ecosphere.

"Nous perdons des centaines, voire des milliers de tortues chaque année dans des populations déjà menacées", souligne Bryan Wallace, professeur à l'Université Duke (Caroline du Nord, sud-est), un des co-auteurs.

Ces animaux sont surtout à risque dans l'est du Pacifique, l'Atlantique, ainsi que la Méditerranée, selon les statistiques, indique cette recherche.

Les auteurs notent cepedant qu'il existe peu d'informations sur ces prises accidentelles en Afrique, dans le nord de l'Océan Indien et en Asie du sud-est.

Ces scientifiques ont analysé plus de 1.800 cas de tortues capturées dans des chaluts, des filets pour crevettes ou des palangres, de gigantesques fils de pêche.

A leur surprise, ils ont constaté que les filets et les chaluts tuaient beaucoup plus de tortues que les palangres, une technique pourtant dévastatrice pour toutes les espèces marines.

"Cela nous a un peu surpris car on pensait que les palangres étaient la première cause de mortalité accidentelle des tortues et d'autres espèces comme les oiseaux de mer", relève Rebecca Lewison de l'Université de San Diego, autre co-auteur.

"Cette étude montre qu'il faut continuer à agir pour réduire les prises de tortues dans les palangres mais qu'il faudrait aussi se concentrer davantage sur les filets et chaluts, négligés dans le passé", poursuit-elle.

L'étude révèle aussi que les tortues marines sont particulièrement menacées par de petites pêcheries opérant près des côtes dans des zones où elles se concentrent pour se nourrir.

"Les prises accidentelles par ces petites pêcheries sont rarement contrôlées ou réglementées et ont pourtant un énorme impact sur les tortues et d'autres espèces", explique Bryan Wallace.

Le taux le plus élevé de prises accidentelles dans le monde a été constaté dans une petite pêcherie mexicaine du Pacifique.

Avec seulement cent bateaux, cette entreprise capturait et tuait accidentellement chaque année autant de tortues cacouane que toutes les autres pêcheries combinées du Pacifique nord, une situation qui a conduit à prendre des mesures de protection.

js/bdx

PLUS:afp