NOUVELLES

Khaled Mechaal réélu à la tête du mouvement palestinien Hamas (sources au sein du Hamas)

01/04/2013 04:04 EDT | Actualisé 01/06/2013 05:12 EDT

Le chef en exil du Hamas Khaled Mechaal a été réélu lundi soir au Caire, comme prévu, à la tête du mouvement islamiste palestinien, a-t-on appris auprès de sources au sein du Hamas dans la capitale égyptienne.

"Les dirigeants du Hamas ont choisi Mechaal" comme président du bureau politique, a déclaré à l'AFP un haut responsable du mouvement joint par téléphone au Caire, sous couvert de l'anonymat.

Selon des sources internes bien informées, M. Mechaal doit être assisté de deux adjoints: le Premier ministre du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, et le numéro deux du mouvement, Moussa Abou Marzouk. Le premier sera responsable du Hamas dit de "l'intérieur", c'est-à-dire de Gaza, territoire qu'il contrôle depuis 2007, et le second de la branche du mouvement en exil.

La direction du Hamas, réunie depuis le week-end au Caire, a également procédé à la désignation de son comité exécutif, émanation du bureau politique et instance dirigeante du mouvement, a précisé la source.

Ce processus électoral, long, complexe et tenu secret, compte tenu de la structure partiellement clandestine du Hamas et de l'occupation israélienne, avait commencé il y a plusieurs mois déjà.

A la tête du Hamas depuis 2004, Khaled Mechaal, 56 ans, avait fait part l'an dernier de son intention de passer la main mais le mouvement islamiste a préféré lui demander de rester en place dans une période d'incertitudes et de changements régionaux.

La situation au Moyen-Orient, à la suite des révolutions arabes, "a poussé le Hamas à choisir Mechaal qui a donné un visage international au mouvement et qui entretient de bonnes relations avec le monde arabe", a expliqué lundi à l'AFP un responsable du Hamas.

Longtemps considéré comme un radical, Khaled Mechaal a évolué vers le consensus, revendiquant l'influence du "Printemps arabe", au point de se rallier à l'idée d'un Etat palestinien à côté d'Israël ou de la "résistance populaire". On lui prête l'ambition de succéder au président Mahmoud Abbas à la tête de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Lors de cette rencontre au Caire, outre l'élection de la direction du mouvement, les dirigeants du Hamas ont également fait le point sur les relations bilatérales avec l'Egypte, la trêve avec Israël et la réconciliation interne palestinienne.

Ismaïl Haniyeh a notamment rencontré le chefs du service des renseignements égyptiens, le général Mohammed Arafat Chahata, selon des sources palestiniennes.

Les relations entre la bande de Gaza, dirigée par le Hamas depuis 2007, et Le Caire se sont tendues après que l'Egypte a ordonné la fermeture de tunnels de contrebande qui permettaient au territoire palestinien de contourner le blocus israélien.

L'armée égyptienne soupçonne aussi des cadres de la branche armée du Hamas d'être impliqués dans une attaque qui a coûté la vie à 16 de ses gardes-frontières en août dernier dans la péninsule du Sinaï.

azz-agr/hj

PLUS:afp