NOUVELLES

Les combattants islamistes attaquent Tombouctou

31/03/2013 09:17 EDT | Actualisé 31/05/2013 05:12 EDT

BAMAKO, Mali - Les combats ont continué de faire rage à Tombouctou dimanche après que des djihadistes eurent lancé un assaut contre la ville, située dans le nord du Mali, samedi soir.

Le capitaine Samba Coulibaly, le porte-parole de l'armée malienne à Tombouctou, a expliqué que des combattants affiliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) avaient attaqué la cité tard samedi soir et avaient poursuivi la lutte dimanche.

Selon le capitaine Coulibaly, l'assaut a commencé samedi avec un attentat-suicide à la bombe survenu à un point de contrôle militaire à Tombouctou.

Il a indiqué que le kamikaze était à pied et qu'il était mort sur les lieux, mais que ses explosifs avaient légèrement blessé l'un des soldats.

Un autre soldat malien a déclaré sous le couvert de l'anonymat que les djihadistes étaient peu nombreux et qu'ils avaient réussi à s'infiltrer dans le camp militaire de la ville et dans la cité elle-même.

Des résidants de Tombouctou ont révélé que les troupes françaises s'étaient jointes dimanche aux forces maliennes afin de les aider à repousser les islamistes.

Dimanche après-midi, les coups de feu retentissaient toujours dans la ville, a affirmé Age Djitteye, un citoyen de Tombouctou. Il a raconté que l'un des djihadistes avait essayé de se réfugier chez lui.

«Il était jeune. Il portait une robe et avait une ceinture à munitions et un turban. Il est entré dans notre maison et les Français sont arrivés. Il s'est mis à courir et ils l'ont poursuivi», a-t-il relaté.

D'après M. Djitteye, un autre kamikaze s'est fait exploser sur l'une de seules rues pavées au coeur de Tombouctou, près de l'Hôtel Colombe, où logent la plupart des journalistes et travailleurs humanitaires de la ville.

Un employé de l'établissement, Agaly Cisse, a indiqué que les combattants avaient pris le contrôle de l'arrière du complexe hôtelier, à côté de la piscine. Les invités, parmi lesquels figuraient des représentants du gouvernement malien, ont été évacués et emmenés à la base militaire française, a-t-il ajouté.

Il s'agit de la première grande attaque contre Tombouctou depuis que la ville a été libérée par l'armée française le 28 janvier. La France a lancé une intervention au début de 2013 afin d'aider les troupes maliennes à chasser les djihadistes qui contrôlaient le nord du pays depuis près d'un an.

Samedi, le président François Hollande avait déclaré sur les ondes de la télévision française que la France avait atteint ses objectifs militaires au Mali.

PLUS:pc