NOUVELLES

La Syrie accuse les rebelles d'avoir mis le feu à des puits de pétrole

31/03/2013 10:59 EDT | Actualisé 31/05/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Le bombardement intense d'un quartier de la ville syrienne d'Alep (nord), a fait fuir les citoyens, dimanche, alors que l'agence de presse gouvernementale SANA a accusé les rebelles tentant de renverser le président Bachar el-Assad d'avoir mis le feu à trois puits de pétrole.

La guerre civile déchirant la Syrie a fortement endommagé l'infrastructure nationale et déchiré le tissu social. Après plus de deux ans de conflit, ni le régime présidentiel, ni les rebelles ne semblent s'approcher d'une victoire.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, sis en Grande-Bretagne, les civils évacuaient le quartier de Sheikh Maqsoud, à Alep, qui est l'objet d'un bombardement de la part des forces gouvernementales. Les rebelles ont pris le contrôle de sections du quartier, vers la fin de la semaine dernière, et se heurtaient toujours aux troupes du régime qui tentent de les en expulser.

Aux dires de l'Observatoire, quatre personnes, dont deux enfants, ont été tués par des obus.

Dans l'est du pays, l'agence SANA affirme que des rebelles ont mis le feu à trois puits de pétrole dans la province de Deir al-Zour, provoquant des pertes totales de 4670 barils de pétrole et 52 mètres cubes de gaz naturel par jour.

Elle a accusé les «terroristes», le terme employé par le régime syrien pour désigner les insurgés, d'avoir incendié les puits parce qu'ils n'arrivaient pas à s'entendre sur le partage du pétrole.

Les rebelles ont conquis beaucoup de territoires dans l'est de la Syrie, dont de nombreux champs pétrolifères. Même si les insurgés ne sont pas en mesure d'exploiter les puits de pétrole, leur perte représente un coup dur pour le gouvernement Assad, qui est aux prises avec des difficultés financières.

SANA a indiqué que les rebelles avaient mis le feu à neuf puits durant les derniers mois.

Dimanche, toujours, le gouvernement et les rebelles se sont mutuellement accusés d'avoir tué un groupe de personnes retrouvées mortes près de la frontière libanaise.

Selon l'Observatoire, les corps de 11 personnes, dont huit femmes, ont été découverts près de la ville de Talkalakh, dans la province de Homs.

Le chef militaire de la coalition de l'opposition syrienne a par ailleurs annoncé son intention de visiter des pays arabes pour solliciter de l'aide militaire. Ce voyage fait suite à une déclaration de la Ligue arabe, la semaine dernière, selon laquelle ses membres avaient le «droit» d'aider l'opposition syrienne.

Selon les Nations unies, la guerre civile syrienne a fait plus de 70 000 morts.

PLUS:pc