NOUVELLES

Internet: Ryad menace de sévir contre les sites de communication en ligne

31/03/2013 08:01 EDT | Actualisé 31/05/2013 05:12 EDT

Ryad a menacé dimanche de sévir contre les sites de communication en ligne, comme WhatsApp, parce qu'ils ne respectent pas la réglementation, après des informations sur une volonté des autorités de surveiller les contenus qui s'y échangent.

"Certaines applications sur internet ne sont pas conformes à la réglementation", a souligné le régulateur saoudien des télécommunications dans un communiqué publié par l'agence officielle SPA, en citant WatsApp, Skype, et Viber, qui permettent des échanges audio et vidéo sur internet.

Le régulateur, la Commission des technologies de l'information et de la communication (CITC), a demandé dans son communiqué aux fournisseurs d'accès de trouver avec les fabricants les moyens de se "conformer aux règlements" sans préciser la nature des violations de ces règlements.

Il a menacé de prendre les "mesures nécessaires" si la réglementation n'est pas respectée, dans une allusion à un blocage des sites en ligne.

Lundi, des sources industrielles avaient indiqué que ces sites risquaient d'être bloqués s'ils ne fournissaient pas les moyens de surveiller leurs contenus.

"Il a été demandé aux compagnies locales de télécommunications de trouver avec les opérateurs de ces plates-formes les applications de nature à en surveiller les contenus", avait déclaré une source du régulateur saoudien.

La CITC avait demandé aux compagnies de télécommunications de lui apporter, au plus tard samedi dernier, "leur réponse à propos de la surveillance des contenus" des sites de communication en ligne, avait indiqué un responsable de la Saudi Telecommunication Co. (STC), l'un des trois opérateurs du pays.

Passé ce délai, la CITC pourrait bloquer l'application pour smartphones WhatsApp et le service de téléphonie sur internet Skype, avait-il dit.

Outre la STC, l'Arabie saoudite a deux autres opérateurs, Mobily et Zain et selon une source industrielle, ce sont ces compagnies qui ont demandé à la CITC de prendre des mesures contre les sites de communication en ligne qui lui livrent une concurrence jugée déloyale.

Aux Emirats arabes unis voisins, la plupart des applications de Skype sont bloquées par le régulateur du pays, apparemment pour protéger les intérêts commerciaux des deux opérateurs locaux Etisalat et Du.

str/mh/vl

PLUS:afp