INTERNATIONAL

Égypte: l'humoriste Bassem Youssef est libéré sous caution (PHOTOS)

31/03/2013 07:07 EDT | Actualisé 31/05/2013 05:12 EDT
AP
Un guardaespaldas toma de los hombros al popular locutor satírico de la televisión egipcia Bassem Youssef cuando éste ingresa a un recinto judicial en El Cairo el domingo 31 de marzo de 2013. Youssef fue dejado libre bajo fianza después de un interrogatorio de cinco horas sobre los señalamientos de que habría insultado al Islam y al presidente Mohamed Morsi. (Foto AP/Amr Nabil)

LE CAIRE, Égypte - Le plus populaire humoriste de la télévision égyptienne, qui s'en prend chaque semaine au président islamiste et aux prêtres tenants de la ligne dure dans le cadre d'une émission sarcastique, a été libéré sous caution dimanche, mais pourrait être accusé d'avoir insulté le leader du pays et l'islam.

Bassem Youssef est le critique le plus virulent du président Mohammed Morsi à être arrêté pour interrogatoire au cours des dernières semaines, dans la foulée de ce qui est, selon l'opposition, une campagne pour intimider les détracteurs. Le tout alors que de nombreuses vagues de révolte politique se succèdent dans une Égypte profondément divisée.

Des mandats d'arrêt ont été émis contre cinq militants anti-gouvernementaux bien connus; ceux-ci ont été accusés d'avoir provoqué les violences.

Le procureur en chef adjoint Hassan Yassin a nié que l'interrogatoire de cinq heures faisait partie d'une campagne d'intimidation, et a plutôt affirmé que son département faisait respecter la loi et tentait d'établir certaines normes en matière de liberté d'expression.

La semaine dernière, le président Morsi a accusé les médias privés d'alimenter la violence et argué que celle-ci était utilisée à des fins politiques.

M. Yassin a cependant réfuté le fait que le bureau du procureur agissait au nom de la présidence pour s'en prendre aux détracteurs de M. Morsi, disant avoir aussi arrêté et interrogé des islamistes.

M. Youssef est l'animateur de l'émission de satire politique hebdomadaire connue pour ses sketchs s'en prenant à M. Morsi et à la nouvelle classe politique islamiste. Il se moque toutefois aussi de l'opposition et des médias.

L'émission a conquis un important auditoire, tout en s'attirant l'ire de nombreux détracteurs. M. Youssef a fréquemment été la cible de poursuites, la plupart déposées par des avocats islamistes qui l'ont accusé de «corrompre la moralité» ou de violer des «principes religieux».

Dans des remarques livrées à un présentateur de la chaîne privée qui diffuse son émission, M. Youssef a déclaré samedi que son programme n'insultait pas l'islam, mais visait plutôt à exposer ceux qui le «déforment».

«Nous n'insultons pas la religion. Ce que nous faisons, c'est exposer ces pseudos-religieux et les chaînes islamistes qui ont insulté l'islam plus que quiconque», a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Bassem Youssef