NOUVELLES

Un kamikaze et l'explosion d'une mine terrestre font trois morts au Mali

30/03/2013 11:30 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT

Un kamikaze a fait exploser samedi un véhicule piégé à un point de contrôle en banlieue de Tombouctou, à l'entrée ouest de la ville, tandis qu'une mine terrestre a sauté dans une autre section du nord de Mali, tuant trois personnes au total.

Selon un responsable militaire établi à Tombouctou et qui a requis l'anonymat, le djihadiste conduisait un véhicule rempli d'explosifs. Il serait arrivé à un point de contrôle de Tombouctou, en provenance de Goundam, et les gardes au point de contrôle ont fait feu.

C'est à ce moment que le djihadiste aurait décidé de se faire exploser. Le kamikaze a succombé et au moins un soldat a été blessé, selon le responsable.

Age Djitteye, un citoyen de Tombouctou, a dit avoir entendu une forte explosion et des coups de feu, à partir de 22 h samedi. Dans une entrevue téléphonique, il a ajouté que les coups de feu avaient diminué vers minuit.

Dans un communiqué, le ministère de la Défense a également confirmé qu'un véhicule de l'armée a roulé sur une mine terrestre lors d'une patrouille, à environ 110 kilomètres de la ville d'Ansongo, dans le nord du Mali, tuant deux personnes à bord.

Ces deux incidents sont survenus dans la foulée des commentaires du président de la France, François Hollande, qui affirme que les forces militaires françaises ont atteint leurs objectifs au Mali.

Après que les militants eurent amorcé une incursion vers le sud du pays, M. Hollande a ordonné une intervention militaire qui a eu pour effet de libérer, rapidement, les villes du nord du Mali. Mais à l'extérieur de villes lourdement fortifiées, comme Tombouctou, les djihadistes demeurent très présents et dirigent une insurrection de plus en plus brutale.

Pendant dix mois, et jusqu'en janvier, Tombouctou était contrôlée par une filiale africaine d'Al-Qaïda. La ville a été libérée par les forces françaises le 28 janvier.

Associated Press

La Presse Canadienne

PLUS:rc