NOUVELLES

Tunisie: le Forum social mondial, un hommage au combat pour la liberté

30/03/2013 08:49 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT

Le Forum social mondial (FSM) qui s'achève samedi à Tunis était destiné à "exprimer la solidarité du monde entier avec le peuple tunisien dans son combat pour la liberté", a déclaré l'économiste Gustave Massiah, membre du Conseil présidant à la réunion altermondialiste.

"Les organisateurs ont voulu rendre hommage à la Tunisie, saluer le courage de son peuple qui a renversé la dictature et exprimer la solidarité du monde entier avec ce peuple dans son combat pour la liberté", a déclaré M. Massiah, cité par l'agence tunisienne TAP.

Organisé dans un pays arabe pour la première fois depuis sa création en 2001 au Brésil, ce FSM aura permis "d'engager un large débat pour faire parvenir la voix des sans-voix", a-t-il jugé.

Interrogé sur les menaces aux droits de femmes face à la montée en puissance de mouvements islamistes, M. Massiah a soutenu que ces droits étaient "aussi menacés en Europe, et partout dans le monde" et qu'il revenait aux femmes "de lutter pour s'imposer et protéger leurs droits."

Selon lui, le forum a été aussi marqué par la présence "des mouvements de réfugiés, des apatrides et des migrants" et a relancé le débat sur la ratification de la convention internationale des droits des migrants et de leur famille (1990) et des protocoles sur la libre circulation des personnes.

Durant le FSM, plusieurs dizaines de réfugiés, Africains et Palestiniens, ont manifesté pour réclamer leur réinstallation dans un pays occidental, alors que les autorités tunisiennes et le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugies vont fermer fin juin le camp de transit de Choucha (sud).

Le conflit israélo-palestinien a occupé également une bonne place au FSM, a indiqué en outre Gustave Massiah en rappelant: "Il faut d'abord mettre fin à la colonisation, défendre les réfugiés pour permettre au peuple palestinien de recouvrer ses droits nationaux".

Le FSM s'achève samedi par une marche de "solidarité avec le peuple palestinien", coïncidant avec "la Journée de la terre" qui commémore chaque 30 mars la mort en 1976 de six Arabes israéliens lors de manifestations contre la confiscation de terrains par Israël.

Bsh/kl/fc

PLUS:afp