NOUVELLES

Les États-Unis cèdent le contrôle d'une base près de Kaboul aux forces afghanes

30/03/2013 12:25 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT

KABOUL - Les forces spéciales des États-Unis ont cédé leur base militaire située dans un district stratégique de l'est de l'Afghanistan aux forces spéciales afghanes, ont annoncé samedi des membres du haut commandement de l'armée américaine.

Ce retrait découle d'une demande du président afghan, Hamid Karzaï, qui souhaitait que les troupes américaines quittent la région en raison d'allégations selon lesquelles des soldats afghans y auraient commis des atrocités sur les ordres des États-Unis.

La passation des pouvoirs met fin à une période plutôt difficile dans les relations de la Maison-Blanche et de M. Karzaï. Ce dernier a insisté pour que les forces américaines quittent le district de Nirkh, dans la province de Wardak, parce que des présumés insurgés y auraient été kidnappés, torturés et exécutés sommairement, des accusations démenties par Washington.

Cet événement témoigne de la lutte du gouvernement afghan pour affirmer son autorité en matière de sécurité alors que les forces de la coalition tentent de transmettre la responsabilité du pays aux forces afghanes en prévision du départ de la majorité des troupes internationales en décembre 2014.

Dans un communiqué publié samedi, le général Joseph Dunford, le commandant des forces américaines et de l'OTAN en Afghanistan, a annoncé que, comme promis, les forces américaines avaient remis le district de Nirkh entre les mains des forces de sécurité afghanes. Il a ajouté que le reste de la province de Wardak suivrait à mesure que les troupes afghanes gagneraient en capacité.

Le major général Tony Thomas, commandant des opérations spéciales de l'armée américaine en sol afghan, a révélé en entrevue avec l'Associated Press que le transfert s'était déroulé samedi.

Attaullah Khogyani, un porte-parole du gouverneur de la province de Wardak, a confirmé que les forces spéciales américaines s'étaient retirées et avaient été remplacées par leurs homologues afghanes.

Hamid Karzaï avait d'abord demandé que l'armée américaine quitte complètement la province, qui sert de passage et de lieu de rassemblement aux talibans et aux autres militants pour attaquer la capitale afghane, Kaboul. Mais il a révisé sa requête pour n'y inclure que le district de Nirkh après avoir négocié avec le général Dunford et d'autres représentants des États-Unis.

PLUS:pc