NOUVELLES

La déclaration de Pyongyang envers la Corée du Sud prise au sérieux à Washington

30/03/2013 08:38 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT

La Maison-Blanche dit prendre au sérieux la nouvelle menace proférée par la Corée du Nord contre son voisin du sud.

La déclaration de Pyongyang n'en demeure pas moins typique de sa «rhétorique belliqueuse» habituelle, selon Washington.

Les Nord-Coréens ont prévenu Séoul samedi que la péninsule coréenne était en «état de guerre».

Les analystes notent toutefois que la péninsule que partagent les deux nations est techniquement demeurée en état de guerre depuis les 60 dernières années et croient que l'éclatement d'un conflit est improbable.

Les États-Unis soutiennent qu'ils sont pleinement capables de se défendre et de se porter à la défense de ses alliés dans la région.

Pyongyang avait menacé de fermer un complexe manufacturier qui constitue le dernier grand symbole de la coopération entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

La parc industriel de Kaesong, qui réunit main-d'oeuvre nord-coréenne et savoir-faire sud-coréen, continue de fonctionner normalement même si le régime nord-coréen a fermé la voie de communication habituellement utilisée pour coordonner les déplacements des Sud-Coréens qui travaillent au complexe, situé en Corée du Nord près de la frontière.

Les deux rivaux assurent maintenant la coordination de manière indirecte à partir d'un bureau de Kaesong possédant des lignes de communication avec la Corée du Sud.

Un porte-parole du bureau nord-coréen contrôlant Kaesong a toutefois déclaré samedi que Pyongyang fermerait le parc industriel si Séoul continuait à porter atteinte à sa dignité.

La Corée du Nord a exprimé de la colère après que des médias eurent laissé entendre que le complexe demeurait ouvert parce qu'il était une source de devises fortes pour le régime nord-coréen.

Des dizaines d'entreprises sud-coréennes ont des manufactures à Kaesong, qui a produit pour 470 millions $US de biens en 2012.

Pyongyang a déjà menacé de fermer la parc industriel sans jamais passer à l'acte. Depuis quelques semaines, le régime nord-coréen a multiplié les déclarations belliqueuses à l'égard de la Corée du Sud et des États-Unis, vexé par les exercices militaires annuels menés par Séoul et Washington ainsi que par les nouvelles sanctions décrétées par les Nations Unies en raison de l'essai nucléaire qu'il a effectué le mois dernier.

Selon les analystes, les menaces de la Corée du Nord ont pour objectif de forcer le nouveau gouvernement sud-coréen de la présidente Park Geun-hye à changer sa politique par rapport à Pyongyang et d'amener les États-Unis à entamer des pourparlers diplomatiques qui pourraient permettre au régime nord-coréen d'obtenir davantage d'aide.

Elles sont également vues comme une façon de renforcer l'unité nationale en Corée du Nord alors que le jeune leader Kim Jong Un essaie d'acquérir de la crédibilité sur le plan militaire.

PLUS:pc