POLITIQUE

Indépendance du Québec: Une cohésion urgente est nécessaire selon le Nouveau mouvement pour le Québec

30/03/2013 01:50 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Une urgente cohésion est nécessaire dans les rangs souverainistes, sans quoi la question de l'indépendance nationale continuera d'être éclipsée, croit le porte-parole du Nouveau mouvement pour le Québec (NMQ), Jocelyn Desjardins.

Avec l'élection de Philippe Couillard à la tête du Parti libéral du Québec, le NMQ juge pressant de rallier les énergies militantes afin de faire front commun pour la cause, tout en gardant la spécificité de chaque formation politique.

Selon lui, en proposant d'intégrer le Québec dans la constitution canadienne, sans plus de consultation, Philippe Couillard a proposé ce qu'aucun autre chef de parti n'avait osé suggérer jusqu'ici. Cette hardiesse, il l'attribue à la division actuelle dans les rangs indépendantistes.

Évitant de parler d'unification des forces souverainistes, qui se traduisent actuellement par un éclatement des mouvements et rassemblements sur la scène politique, le NMQ croit que des réflexions sérieuses s'imposent.

Le NMQ a recensé pas moins de 90 mouvements et organisations souverainistes, mais il refuse d'y voir forcément un problème. Jocelyn Desjardins estime qu'il faut composer avec la diversité du mouvement.

Cela dit, il reconnaît du même souffle que le mouvement est obstrué par des querelles partisanes et qu'il faut trouver une solution.

«Si on croit à l'indépendance du Québec, en l'absence de leadership politique capable de rallier toutes les factions divergentes, il faudrait inventer un mécanisme pour permettre à chaque indépendantiste de ne pas se sentir perdant après la prochaine élection», estime Jocelyn Desjardins.

L'enjeu est d'autant plus important qu'avec Philippe Couillard comme chef, les libéraux pourraient revenir de l'arrière dès la prochaine élection, ce qui ne ferait que reporter à plus tard l'échéancier souverainiste.

«Philippe Couillard veut signer la constitution de 1982 une fois élu, sans consultation. Il se permet cela parce qu'il croit que les indépendantistes sont incapables de se rallier suffisamment pour être victorieux sans ambages à la prochaine élection», a laissé tomber M. Desjardins, soutenant qu'il s'agit précisément du défi des forces souverainistes.

En fin d'après-midi samedi, le bureau de M. Couillard a réagi, précisant que le nouveau chef libéral avait «simplement indiqué que le PLQ allait lui-même initier une discussion avec les militants concernant l'identité québécoise».

«Nous croyons que le PLQ est le mieux placé pour tenir cette conversation, car nos membres représentent fidèlement le Québec dans toute sa diversité. Le PQ ne peut en dire autant», a affirmé Harold Fortin, l'attaché de presse de M. Couillard.

«Pour nous, a-t-il ajouté, il est tout à fait normal qu'un parti comme le nôtre puisse tenir un débat sur le sujet de l'identité car celle-ci n'appartient pas à un seul parti politique ou aux personnes qui souhaitent la séparation du Québec. Nous sommes tous Québécois, peu importe notre préférence quant à l'avenir du Québec à l'intérieur du Canada.»

Un Congrès de la Convergence nationale est prévu du 24 au 26 mai à Montréal. Cette démarche citoyenne se réclame d'une neutralité politique et convie des militants de partout, dans la mesure où ils sont déterminés à travailler à l'indépendance du Québec.

Le NMQ précise que la proposition de former des alliances politiques n'est qu'une option parmi plusieurs autres.

«Nous sommes un projet de mobilisation, créé pour servir l'ensemble de la famille indépendantiste, sans nuire aux différentes formations, mais bien pour leur offrir des conditions qu'ils n'ont jamais eues», a conclu M. Desjardins.

Le Conseil national d'Option nationale a déjà indiqué qu'il ne participerait pas à ce rassemblement. Jocelyn Desjardins espère néanmoins que des membres de ce parti seront présents pour échanger avec les autres souverainistes.

INOLTRE SU HUFFPOST

25 raisons pour lesquelles on aime le Québec