NOUVELLES

Algérie: sept personnes écrouées après des manifestation dans le sud

30/03/2013 08:26 EDT | Actualisé 30/05/2013 05:12 EDT

Sept personnes arrêtées à la suite de violents affrontements mardi entre policiers et jeunes chômeurs à Ghardaïa (sud), ont été placées sous mandat de dépôt après avoir été entendues par un juge d'instruction, a indiqué samedi une source judiciaire, citée par l'agence de presse APS.

Ces personnes, accusées de "vandalisme, destruction de biens publics et privés, et de coups et blessures sur un corps constitué", ont été arrêtées en flagrant délit, a précisé cette source.

Au total, 17 personnes avaient été arrêtés lors de ces violences, survenues mardi à l'occasion du coup d'envoi de la Fête du tapis célébrée chaque année dans cette ville, connue pour cet artisanat. Les dix autres auteurs présumés d'actes de vandalisme ont comparu en citation directe, selon la même source.

Les protestataires voulaient attirer l'attention des autorités sur la situation des chômeurs alors que de gros investissements permettent cette célébration annuelle dans la capitale mozabite, selon la presse.

Les sept personnes écrouées, dont le responsable local de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), ont entamé une grève de la faim "illimitée", selon cette ONG.

Après les heurts, plusieurs ministres, dont celui de l'Intérieur, Dahou Ould Kablia, se sont rendus à Ghardaïa pour discuter de l'emploi avec les autorités locales.

Jeudi, le ministre du Travail Tayeb Louh a annoncé que le gouvernement planchait sur l'instauration de nouveaux avantages fiscaux pour encourager les entreprises à investir dans le sud.

Le chômage touche de plein fouet la jeunesse algérienne. Selon les autorités et le FMI, 21,5% des moins de 35 ans sont sans emploi, contre moins de 10% dans l'ensemble de la population.

La situation des jeunes est encore plus difficile dans le Sud, région peu développée, où sont employés de nombreux travailleurs venus du Nord et de l'étranger.

abh/cnp

PLUS:afp