NOUVELLES

Égypte: Washington condamne les violences sexuelles visant des manifestantes

29/03/2013 01:52 EDT | Actualisé 29/05/2013 05:12 EDT
AP
FILE - In this Feb. 12, 2013 file photo, President Barack Obama gives his State of the Union address during a joint session of Congress on Capitol Hill in Washington. Obama used Washington’s grandest stage _ the State of the Union speech _ to announce negotiations with Europe aimed at creating the world’s largest free trade agreement. But just weeks later, there are signs that old agriculture disputes could be deal-killers. European Union leaders don’t want the negotiations to include discussions on their ban on genetically modified crops and other regulations that keep U.S. farm products out of Europe. But Obama says it’s hard to imagine an agreement that doesn’t address those issues. Powerful U.S. agricultural lobbies will do their best to make sure Congress rejects any pact that fails to address the restrictions. (AP Photo/Charles Dharapak, Pool)

Les Etats-Unis ont exprimé vendredi leur inquiétude quant à l'augmentation des viols et des violences sexuelles commises lors de manifestations en Egypte, critiquant les responsables locaux qui assurent que la responsabilité en incombe aux femmes.

La réaction de la Maison Blanche est intervenue après que plusieurs médias, dont l'AFP, eurent relayé ces dernières semaines des témoignages de femmes faisant état de viols et d'autres violences sexuelles infligées par des groupes d'hommes à l'occasion de manifestations dans la foulée du soulèvement de 2011.

Ces femmes qui ont eu le courage de prendre la parole ont aussi souligné que les dirigeants islamistes expliquaient ces agressions par le fait que des femmes osaient se mélanger à des hommes en public.

Un porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a déclaré que l'administration du président Barack Obama était "très inquiète" à ce sujet.

"Des violences sexuelles, dont des viols en réunion, se sont produites durant des manifestations récentes en Egypte", a déploré M. Earnest depuis Air Force One, à bord duquel Barack Obama se rendait en Floride (sud-est).

"C'est une grande source d'inquiétude pour les Etats-Unis, la communauté internationale et de nombreux Egyptiens. Ces victimes sont les mères, les femmes, les filles et les soeurs d'Egypte", a-t-il ajouté.

M. Earnest a indiqué que le gouvernement égyptien devait prendre des mesures pour empêcher ces violences sexuelles et poursuivre en justice les responsables.

"Le fait que certains Egyptiens accusent en plus les victimes de ces violences est odieux. Nous condamnons fermement ces points de vue et nous réaffirmons le droit des femmes à s'exprimer dans des lieux publics aux côtés d'hommes, de même que la responsabilité du gouvernement égyptien de les protéger", a encore déclaré Josh Earnest.

Le 25 janvier, alors que des milliers d'Egyptiens fêtaient le deuxième anniversaire du soulèvement dans le pays, au moins 19 femmes ont été agressées, selon Opération anti-agressions sexuelles, l'un des groupes créés pour tenter de mettre fin à ces violences.

Des femmes étrangères ont aussi été visées, dont la journaliste de CBS Lara Logan, qui avait été agressée sexuellement sur la Place Tahrir la nuit où Hosni Moubarak a quitté le pouvoir.

Dans leurs dernières recommandations à destination de leurs ressortissants voyageant en Egypte, les Etats-Unis notaient "une augmentation des violences contre les femmes dans et autour des manifestations". Et même si les Américains ne sont pas visés en raison de leur nationalité, ils recommandaient d'éviter de se joindre aux manifestations.

col-jk/bdx/sam

INOLTRE SU HUFFPOST

Violences en Égypte pour le 2e anniversaire de la «révolution»