NOUVELLES

Résultat des élections au Kenya: décision imminente de la Cour suprême

29/03/2013 11:38 EDT | Actualisé 29/05/2013 05:12 EDT

NAIROBI, Kenya - La tension est vive au Kenya, alors que la Cour suprême du pays doit annoncer samedi si elle maintient les résultats de l'élection du président Uhuru Kenyatta, une décision qui pourrait provoquer des violences.

M. Kenyatta l'a emporté par une très faible marge lors du scrutin du 4 mars, avec 50,07 pour cent des voix, dépassant la limite des 50 pour cent par environ 8000 votes sur les 12,3 millions de bulletins de vote déposés. Son principal adversaire, le premier ministre Raila Odinga, affirme que M. Kenyatta l'a emporté de façon frauduleuse et a déposé une pétition devant la cour il y a deux semaines.

Selon le juge en chef de la Cour suprême Willy Mutunga, les six juges, dont lui-même, font face à une difficile responsabilité.

Les avocats de M. Kenyatta et ceux des plaignants, dont le premier ministre Raila Odinga, ont présenté leurs derniers arguments vendredi. Les juges de la Cour suprême ont ensuite commencé à rédiger leur décision.

En début de semaine, la Cour suprême avait ordonné à la commission électorale de recompter les votes dans 22 des 291 circonscriptions du pays pour vérifier si le nombre de voix exprimées surpassait le nombre d'électeurs inscrits, comme le plaidait l'équipe de M. Odinga. Un rapport publié par le plus haut tribunal du pays révèle également que des incohérences ont été découvertes dans cinq des 22 circonscriptions examinées où un recomptage partiel a débuté. Des erreurs sont aussi apparues dans 75 autres circonscriptions.

Des litiges à propos de l'élection imparfaite de 2007 ont déclenché des mois de violences ethniques qui ont fait plus de 1000 morts au pays.

Malgré de violentes disputes en ligne entre partisans des deux principaux candidats sur Facebook et Twitter, le pays d'Afrique de l'Est est en majorité demeuré paisible pendant la dernière période électorale. La décision de la Cour suprême pourrait cependant changer les choses.

Le Kenya a adopté une nouvelle constitution en 2010 dans le cadre de réformes pour éviter de nouvelles violences post-électorales. Ladite constitution a formé la Cour suprême et prévu d'autres réformes pour le reste de l'appareil judiciaire, qui est considéré comme corrompu et manquant d'indépendance.

Le jour de l'élection, le registre électronique des électeurs a subi une panne, forçant le recours à des registres en papier. Les résultats ont eux aussi dû être envoyés manuellement à la commission électorale, en raison d'une autre panne informatique. Les raisons de ces problèmes demeurent inconnues.

Les avocats de M. Odinga ont argué que le passage à une identification manuelle des électeurs avait permis de faire gonfler les résultats de M. Kenyatta.

PLUS:pc